Little Mourning – Milk & Bone

Milk & Bone Little MourningSorti le 17 mars 2015

Milk & Bone est un duo montréalais qui nous rappelle qu’il est possible de faire de la très bonne électro-pop ici. Laurence Lafond-Baulne et Camille Poliquin offrent des rythmes accrocheurs et des mélodies particulièrement envoutantes chantées en harmonie. Résultat : Little Mourning, un premier album remarqué autant ici qu’à l’international.

Elephant, contrairement à son nom, nous offre un début léger et planant qui nous présente un build-up de ce que Milk & Bone a de mieux à offrir : des synthés très présents mais jamais envahissants, des beats qui nous amènent là où ils veulent, et des voix qui mettront fin à toute résistance si on n’était pas encore convaincus. Ça commence en force, et la bonne nouvelle est que l’album contient sept autres titres, presque tous aussi bons.

Quelque chose dans Pressure en particulier rappelle Purity Ring, aussi duo du même registre. Quant à New York, son côté plus égal nous surprend aussi. Tomodachi contient un featuring du rappeur Terrell Morris, ajoutant une nouvelle dimension à une chanson déjà très accrocheuse.

Si la plupart des chansons se fieront principalement sur des couches de synthés, certaines laisseront plus de place aux guitares. C’est le cas de Easy to Read, qui est moins enlevante que ce qu’on pouvait penser, mais aussi de Coconut Water, qui prend une vibe RnB.

La finale Watch a un petit quelque chose dans la mélodie qui est presque enfantin, mais pas moins efficace. De quoi clore l’album avec le sourire même si l’opus n’a pas nécessairement des sonorités particulièrement joyeuses.

Même si Little Mourning n’est qu’un premier album, il est évident qu’elles ne sont pas des néophytes dans le milieu. Pas surprenant de découvrir qu’elles sont aussi musiciennes de studio et qu’elles ont joué pour quelques grands noms de la scène québécoise. Cela explique cette assurance qu’on n’entend normalement pas dans un premier album. Pour ceux qui aiment le genre, vous allez adorer l’album, qui semble combiner toutes les forces du bon synthpop. Un petit incontournable bien de chez nous.

L’album est disponible sur Bandcamp.

À écouter : Elephant, Tomodachi, Watch… mais l’album dans son entièreté s’écoute vraiment aussi bien

8,2/10

Par Olivier Dénommée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s