Gershwin in Hollywood – John Wilson Orchestra

Gershwin in HollywoodSorti le 6 mai 2016

Le John Wilson Orchestra laisse sa marque depuis 1994, réinterprétant les classiques des comédies musicales avec fidélité et précision. Après Cole Porter in Hollywood, l’album Gershwin in Hollywood s’attaque cette fois aux fameuses compositions de George (et Ira) Gershwin, dont plusieurs sont devenues de véritables standards dans le monde du jazz. Cet opus est entièrement enregistré live au Royal Albert Hall.

L’opus démarre sur le fameux Rhapsody in Blue: Overture. Un morceau de plus de dix minutes, mais qui est incontournable pour quiconque joue Gershwin, qui nous rappelle que l’orchestre a toujours la forme. Deux morceaux de Girl Crazy suivent : Treat Me Rough et But Not for Me. Déjà l’orchestre nous replonge dans les arrangements de la grande époque des big bands, mais la technique vocale des chanteurs aide encore plus à nous replonger dans le son de l’époque. Quelque chose d’extrêmement nostalgique émane de cet enregistrement.

Sur 17 titres, certains sortent naturellement du lot. On peut penser à Shall We Dance: Slap That Bass, à The Barkleys of Broadway: They Can’t Take That Away from Me, à Funny Face: Let’s Kiss and Make Up, à Artie Shaw’s Symphony in Swing: Oh Lady, Be Good!, ou encore la finale Funny Face: Clap Yo’ Hands.

Avec les arrangements réglés au quart de tour, la technique impeccable des musiciens et le choix très justifié des chansons, le seul défaut qu’il peut rester est le fait que c’est enregistré en live. Pendant l’interprétation, aucun problème, mais la coupure est moins agréable entre les titres, et cela nous refroidit un peu de commencer un titre sur des restants d’applaudissements. On peut imaginer que le John Wilson Orchestra cherchait à recréer la même énergie que si vous assistiez à leur concert, mais le résultat n’y est pas tout à fait. Reste que les nostalgiques de Gershwin seront rassasiés avec cet enregistrement riche et inspiré. Gershwin in Hollywood ne contient pas de grosses surprises, mais laissera quelques bons souvenirs. Par contre, si vous avez déjà une bonne collection de Gershwin, vous n’aurez peut-être pas besoin d’y ajouter ce disque.

À écouter : Rhapsody in Blue: Overture, Shall We Dance: Slap That Bass, Artie Shaw’s Symphony in Swing: Oh Lady, Be Good!

7,7/10

Par Olivier Dénommée

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s