Evergreen – Broods

broods-evergreen-album-coverSorti le 22 août 2014

Frère et soeur, Georgia et Caleb Nott forment le duo d’électropop Broods depuis 2013. Après quelques mois à développer son propre son et après la parution d’un EP éponyme début 2014, le duo néo-zélandais a lancé un premier long jeu, intitulé Evergreen, qui ne nous donne sérieusement pas l’impression qu’on a affaire à des débutants. Pas surprenant non plus que ce premier album ait remporté tant d’honneurs suite à sa sortie.

L’album démarre en force avec le single Mother & Father, Les beats sont entraînants sans être envahissants, mais c’est surtout la mélodie qui retient l’attention. Une certaine mélancolie planante, qui nous rappelle d’autres excellents artistes du même registre (plus près de nous, Milk & Bone reprennent une formule très similaire). Si on n’était pas encore convaincus, le refrain vient achever toute résistance. Broods met la barre haute pour commencer!

Peut-être trop haute? Le talent est bien tout aussi présent dans les chansons suivantes, que ce soit Everytime, Killing You (pourtant très bonne, avec un côté plus RnB), Bridges ou L.A.F, aucune n’arrive à battre Mother & Father. Il faut attendre à Never Gonna Change, pour entendre quelque chose d’aussi envoûtant. En fait, dans Never Gonna Change, on entend davantage un côté à la Lana Del Rey (en moins suicidaire, quand même) dans la voix de Georgia Nott, qui n’est pas pour déplaire. Constat similaire dans Sober.

Plus loin, la chanson-titre Evergreen retient l’attention pour la force de ses mélodies, particulièrement dans les refrains. À savourer les yeux fermés! Les dernières chansons, Four Walls et Superstar, s’écoutent aussi très bien et finissent l’album en beauté. Et même si Superstar est très solide, réécouter Mother & Father juste après remettra les choses en perspective.

Le seul vrai défaut de l’album, c’est que sa première chanson est beaucoup trop bonne pour ne pas créer une mini déception lorsqu’on entend le reste, même si plusieurs titres se défendent extrêmement bien. Tout est une question de perspective : alors qu’individuellement les chansons sont bonnes, l’opus semble un peu plus inégal. Cependant, rien pour déranger ceux qui apprécient une bonne musique pop électronique, car c’est sans contredit ce que Broods nous sert ici!

À écouter : Mother & Father, Never Gonna Change, Superstar

8,2/10

Par Olivier Dénommée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s