The Goat Rodeo Sessions – Yo-Yo Ma

Goat Rodeo SessionsSorti le 24 octobre 2011

Le légendaire violoncelliste Yo-Yo Ma ne s’attaque pas qu’au classique pur, comme le prouve le projet The Goat Rodeo Sessions, enregistré en quatuor en collaboration avec Stuart Duncan (violon), Elgar Meyer (contrebasse) et Chris Thile (mandoline). Dans cet enregistrement, les onze compositions sont signées des comparses de Ma, offrant une musique touchant bien sûr le classique, mais aussi la musique du monde et un côté plus country et folk, registre plutôt inhabituel pour le violoncelle.

Le trio de compositeurs offre un registre très varié, y allant d’émotions très différentes d’une piste à l’autre. Attaboy, pour commencer, y va d’un air folklorique très dansant. La construction retient aussi l’attention dans Quarter Chicken Dark, changeant d’ambiance à quelques reprises. Where’s my Bow?, plus loin, restera aussi en tête pour ses passes beaucoup plus intenses et dramatiques, qui nous rappellent qu’on a bel et bien affaire à des musiciens classiques après tout.

Here and Heaven et No One But You sont exceptionnelles, étant les seules pièce non instrumentales de l’album : on fait appel à la chanteuse Aoife O’Donovan, qui chante en duo avec Chris Thile. Franz and the Eagle surprend aussi, alors que Mayer troque sa contrebasse pour un piano le temps d’une pièce… en lisant les crédits, on réalise que les musiciens sont polyvalents et pas seulement talentueux à leur instrument principal.

Notez que la fin de l’album accroche beaucoup moins que le début. Manque d’inspiration dans les compos, mauvaise répartition des forces à travers l’opus, ou simplement nos oreilles qui deviennent blasées? Dur à dire, mais il y a définitivement un petit quelque chose qui réduit la durée de vie de l’album, si on n’est pas dans un esprit bien précis.

Même en écoutant à quelques reprises The Goat Rodeo Sessions, on peine aussi à trouver la vraie ligne directrice (outre le mélanger classique et country) : les idées vont dans un peu toutes les directions, et bien que l’album soit original et bien joué, il ne se place pas, non plus, comme un des incontournables de Yo-Yo Ma. C’est un projet rafraîchissant, avec des idées intéressantes qui plairont aux amateurs de classique qui sont ouverts à des crossovers avec le folk, à tout le moins. Il se savoure aussi probablement mieux en modération.

À écouter : Where’s my Bow?, Here and Heaven, Franz and the Eagle

7,2/10

Par Olivier Dénommée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s