Fausses parodies – Robbie Ivon

robbie-ivon-fausses-parodiesSorti le 23 septembre 2016

On parle de l’auteur-compositeur-interprète montréalais Robbie Ivon comme un jeune talent qui offre un folk sombre avec une voix caverneuse qui rend des textes tourmentés. Dans les faits, le premier EP de l’artiste, Fausses parodies, contient effectivement des sonorités sombres et un peu tendues, mais on semble reconnaître des clins d’œil à des musiques qui nous sont familières, ce qui rend l’expérience plus rassurante.

Premier titre, Je me souviens installe lentement l’ambiance tendue avec la guitare au centre. La mélodie de Ivon, elle, reste très modeste et rappelle la technique d’auteurs-compositeurs comme Richard Séguin, qui consacrent beaucoup plus d’importance aux paroles à la haute voltige vocale. La technique a fait ses preuves, et met effectivement l’accent sur ce que le jeune artiste a à nous dire.

Les ambiances sombres, sans être tout à fait lugubres, resteront très présentes tout au long du bref opus : on y sent parfois des influences de Pink Floyd, en un peu moins chargé évidemment. On a tout de même droit à une montée assez intense dans Thèmes fixes, mais c’est généralement plus modéré dans l’instrumentation.

Au fil des six pistes, on droit à quelques moments forts, comme la chanson-titre Fausses parodies qui frappe fort avec son refrain, ou la profondeur du ton de Le plafond salarial. Sinon, ce qui marque l’imaginaire, c’est la poésie des textes, un peu chaotique, mais qui porte à réflexion. Même la finale, l’instrumentale Mélodie populaire, manque quelque chose sans les paroles de Robbie Ivon (et on sait pourtant que j’ai un faible pour les pièces instrumentales!).

On nous apprend que l’album a été peaufiné pendant longtemps avant de sortir enfin. Ce n’est pas surprenant, comme l’ambiance a été instaurée avec précision, ce qui est assez exceptionnel pour une première sortie. Ce n’est encore qu’un mini-album, mais en six pistes il semble nous donner une indication assez précise de ce à quoi on peut s’attendre de Robbie Ivon dans le futur. Ce EP arrive à point pour le temps froid et pluvieux, une météo qui risque d’être particulièrement favorable à son appréciation. Sans être déprimant, on ne peut pas dire que Fausses parodies est un album «feel good», et c’est très bien ainsi.

Le EP Fausses parodies est disponible pour écoute sur Bandcamp.

À écouter : Je me souviens, Fausses parodies

7,8/10

Par Olivier Dénommée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s