La 4ième dimension (version longue) – Les Hay Babies

les-hay-babies-4ieme-dimensionSorti le 14 octobre 2016

Quand on pense aux Hay Babies, on pense instantanément au trio d’Acadiennes avec leur guitare acoustique, leur banjo et leur ukulélé qui chantent au sujet de leurs roadtrips sur des airs folk et un peu country. C’est du moins ce qu’on retenait du premier album, Mon Homesick Heart. Les filles n’avaient plus envie de cette image et ont décidé de changer drastiquement de son pour leur second opus. La 4ième dimension (version longue) assume des sonorités rétro, mais surtout beaucoup plus rock que folk. Quant aux thématiques, on se lance dans un breakup album.

La première piste de l’album, Baby viendra back à genoux, nous lance dans un rock rétro, un peu rockabilly, qui n’est pas sans rappeler le son et l’intensité des Deuxluxes. Viennent ensuite une série de chansons qui gardent ce charme rétro, mais avec des arrangements plus près de la pop des années 60 ou 70. Les plus marquantes sont aisément But Now I Know, Deux sandwiches et Tous les jours de la semaine, mettant tous les deux très bien de l’avant la thématique de l’opus.

Le titre Half du temps change d’énergie, y allant dans un registre très lent et planant avant de consacrer l’essentiel de la seconde moitié de l’album au rock’n’roll : le single Motel 1755 en est le principal représentant, mais on se souviendra aussi de Johnny Boy qu’on croirait tout droit sorti de la comédie musicale Grease.

En fin d’album on change de nouveau de registre. La très belle Pour le mal, pour l’amour, pour le mieux vient nous charmer les oreilles avec son orchestration (le cor, qu’on entend pourtant un peu partout dans l’album, y occupe une place toute particulière), puis la finale La poules aux œufs d’or retourne au «vieux» son des Hay Babies, un peu pour nous rassurer que c’est bel et bien les mêmes filles.

En entrevue, les musiciens affirment qu’elles ne voulaient pas faire que du folk-country : en entendant cet album, on le comprend de façon assez drastique. Peut-être que ce serait plus facile pour quelqu’un qui ne connaît pas le groupe d’apprécier ce nouveau son, mais quiconque aimait le côté folk des Hay Babies devra bien prendre le temps pour apprivoiser cette métamorphose. Difficile de dire si c’est vraiment mieux, mais à coup sûr c’est différent.

L’album est notamment disponible sur Bandcamp.

À écouter : But Now I Know, Johnny Boy, Pour le mal, pour l’amour, pour le mieux

7,4/10

Par Olivier Dénommée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s