Piano Encores – Compilation

piano-encoresSorti le 23 octobre 2011

Dans l’impressionnante collection Virtuoso de Decca et Deutsche Grammophon, les albums regroupant certains enregistrements plus que mémorables ne sont pas rares, et une compilation parmi les plus prometteuses était certainement Piano Encores, regroupant 21 pistes de 12 compositeurs classiques, allant de Bach à Rachmaninov.

Les interprétations sont aussi très variées : on prend des enregistrements remontant à 1965 dans certains cas, et les plus «jeunes» datent de 1995. On y entend Martha Argerich, Lazar Berman, Christoph Eschenbach, Emil Gillels, Wilhelm Kempff, Evgeny Kissin, Anatol Ugorski et Tamas Vasary, un gros melting pot de pianistes, dont certains très réputés.

En fait, les airs archi-connus défilent pendant 79 minutes : deux morceaux doux de Schumann tirés de son Kinderszennen, suivi du fameux Für Elise de Beethoven. Cette dernière, une piste-phare sur l’album, sera finalement un des titres les moins intéressants de par sa prévisibilité. L’écoute se poursuit avec des moments forts procurés par Liebestraum no 3 de Liszt, et la Hungarian Dance no 5 de Brahms. Deux douces pièces de Chopin viennent changer le ton, dont la ‘Minute’ Waltz.

Autre thème extrêmement connu, Rondo ‘Alla Turca’ de Mozart vole quand même la vedette un moment, suivi de Golliwog’s Cakewalk de Debussy. On appréciera par la suite d’autres beaux classiques comme Impromptu in A flat major de Schubert, la ‘Pathetique’ Piano Sonata de Beethoven, presque aussi belle que son Moonlight Sonata (qui ne s’y retrouve pas), ou encore le ‘Raindrop’ Prelude de Chopin. Ajoutez un extrait du brillant Goldberg Variations de Bach, du Moments musicaux no 3 de Schubert, puis la finale Abschied de Schumann, et on a fait le tour des pièces à donner des frissons qu’on retrouve sur cette compilation, imposante pour un seul disque.

En fait, les sentiments nous sont partagés avec une telle compilation. Autant les morceaux retenus sont pour la plupart intéressants et ont marqué l’histoire du piano classique, autant on n’a vraiment aucune surprise ou presque en l’écoutant, d’autant plus qu’une bonne partie des pistes se retrouveront dans d’autres albums de la collection Virtuoso. Bref, même si on a droit à de belles pièces d’anthologie, on arrive à sentir qu’il manque une certaine profondeur à la compilation. Cela reste un choix intéressant pour une première compilation de piano classique, mais pas le meilleur dans cette collection.

À écouter : Rondo ‘Alla Turca’, ‘Raindrop’ Prelude, Abschied

7,2/10

Par Olivier Dénommée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s