CHRONIQUE : Les Violons du Roy et Valérie Milot

valerie-milotPar Audrey-Anne Asselin

Reconnu à travers le Canada, l’orchestre de chambre Les Violons du Roy présentait le 21 janvier dernier un concert tout en beauté en compagnie de la soliste invitée Valérie Milot, harpiste. Retour sur ce magnifique événement – le premier de l’année pour l’orchestre à cordes – que j’ai eu le bonheur de voir (mais surtout d’écouter) au Centre des arts Juliette-Lassonde de Saint-Hyacinthe.

Entouré d’une quinzaine de musiciens sur scène, le chef Mathieu Lussier a tenu tout d’abord à prendre la parole et ainsi mettre l’audience en contexte avant de débuter le concert. Ce simple geste a su détendre l’atmosphère et attirer toute l’attention du public. M. Lussier sait transmettre son amour de la musique autant en parole qu’en action, dirigeant l’orchestre avec passion et précision. Comme introduction, les Violons du Roy ont joué cinq mouvements de l’opéra Les Indes Galantes de Jean-Philippe Rameau. D’une durée de douze minute, il s’agissait là d’une belle façon d’ouvrir le spectacle en nous offrant beaucoup de couleur dans les différents extraits.

Valérie Milot fait par la suite son entrée à l’avant-scène pour nous offrir le Concerto pour harpe en si bémol majeur de G. F. Händel. Magnifique œuvre qui fut tout d’abord écrite pour l’orgue et arrangée pour la harpe, nous informe le chef Mathieu Lussier juste avant la prestation. La musicienne est une interprète sensible et nous montre toute sa virtuosité dans les différents mouvements du concerto.

Après une courte pause, le concert se poursuit avec la musique d’Edward Elgar, compositeur anglais du XIXe siècle, tout d’abord avec la Sérénade pour cordes en mi mineur. On sent ici une ambiance davantage romantique et intime. On sent bien ici l’importance accordée aux nuances, qui se font ressentir pendant les trois mouvements présentés. J’ai particulièrement aimé! S’ensuit, toujours avec la musique d’Elgar, le Sospiri pour cordes et harpe. La soliste est cette fois-ci placée à l’arrière de l’ensemble, là où elle serait placée en temps normal, permettant ici une meilleure harmonie des sons.

Le programme se termine avec le Concerto pour harpe en do majeur du compositeur François Boieldieu dans une orchestration pour cordes de Mathieu Lussier. Peu connue, cet œuvre était une belle manière de terminer ce concert qui nous a fait voyager dans plusieurs époques et styles. Évidemment, nous avons eu droit à un rappel : une adaptation à la harpe du populaire air Laschia Ch’io Pianga, extrait de l’opéra Rinaldo de G.F. Händel. Il va sans dire que ce fut une belle surprise pour le public qui connaissait évidemment la populaire mélodie.

La harpe est un instrument peu connu, tout comme les œuvres qui la mettent en avant-plan. Ce concert était une belle façon de mélanger les genres en nous faisant découvrir cet intriguant instrument. La musicienne a livré une prestation ressentie qui fut grandement appréciée, tout comme la direction d’orchestre qu’a offerte Mathieu Lussier à la tête des Violons du Roy qui ont été, eux aussi, dignes de leur réputation.

Le prochain concert des Violons du Roy avec Valérie Milot aura lieu à Longueuil le dimanche 29 janvier.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s