Nelly – Dear Criminals

nellySorti le 20 janvier 2017

Le EP Nelly est tout d’abord dédié à la défunte Nelly Arcand. Le groupe montréalais signe d’ailleurs la bande sonore du film Nelly, sorti à la même date. Friand des EP, les membres de Dear Criminals nous offrent cet album de sept chansons qui, comme on peut le lire sur la page Bandcamp du groupe, est inspiré des mots et de l’œuvre de Mme Arcand.

Quand on connaît un peu le personnage qu’était Nelly Arcand, on ne s’attend pas à de la musique très joyeuse. C’est donc dans une reprise épurée et sobre de Le temps des fleurs d’Eddy Marnay (popularisé par Dalida) que s’amorce l’album, imposant directement le ton obscur du projet. On se plait à entendre cette interprétation de la populaire chanson, qui marque un bon départ. On poursuit avec J’ai mangé ta bouche jusqu’au silence, pièce entièrement instrumentale ornée d’effets électroniques intéressants, mais le résultat est malheureusement… plate. C’est un peu le mot d’ordre de ce disque : on ne se rend pas au bout des intentions initiales et ça devient long. Je prends l’exemple de la troisième piste de l’album, Stay Tonight II, qui débute avec une introduction fort intéressante d’un duo de clarinette. On se croirait en plein mouvement d’un requiem super triste, on est à fond dedans. Puis la voix apparaît, on entend tout de suite des lacunes dans la mélodie et on perd toute l’intensité qui s’était construite avant. La chanson avait du potentiel, dommage.

On est encore dans cette même idée pour les chansons Lone Ride, Petite Mort II et In the Pines (note à moi-même : pourquoi les chansons ont des titres français alors qu’elles sont chantées en anglais? Je suis confuse). Les pièces ne se ressemblent pas toutes, certes, mais j’ai toujours ce sentiment persistant qu’on reste continuellement dans les mêmes sonorités, dans ce que l’on connaît déjà du groupe. Je désire tout de même accorder une mention spéciale à Nelly, dans laquelle l’utilisation des différents rythmes mélangée à la mélodie rend clairement hommage à la personnalité de la défunte écrivaine. La chanson se retrouve d’ailleurs intégralement dans le film tout comme In the Pines. Plusieurs chansons déjà endisquées par le groupe ont été réarrangée pour les besoins du nouvel album, pour ajouter la couleur de Nelly aux musiques (c’est ce qu’affirme le groupe dans une entrevue au Journal de Montréal), cependant je ne ressens aucune autre couleur mis à part le gris : ce nouveau disque est terne et manque de diversité entre les chansons.

Dear Criminals a tenté de façonner un disque bien personnel, de façon très sobre afin de rendre hommage à une grande écrivaine québécoise disparue beaucoup trop tôt et dans des circonstances tragiques. C’est, disons-le, reflété dans le traitement qu’ils ont fait de leur musique. C’est une tentative que je respecte, et je suis certaine que plusieurs chansons paraîtront très bien à l’écran lors du visionnement du film Nelly, mais ce n’était pas la peine d’en faire un album à part, selon moi.

Il est possible d’écouter le EP sur Bandcamp.

À écouter : Le temps des fleurs, Nelly

6,3/10

Par Audrey-Anne Asselin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s