Solid Gold EP – Nikki Yanofsky

nikki-yanofsky-solid-goldSorti le 30 septembre 2016

Connue au Québec depuis son plus jeune âge, notamment grâce à sa participation au Festival International de Jazz de Montréal, elle se fait davantage populaire suite à sa prestation de l’hymne national à l’ouverture des Jeux olympiques de 2010 à Vancouver (et aussi de la chanson-thème en anglais de ces mêmes Jeux). Yanofsky nous offre Solid Gold, un mini-album de six chansons assumant pleinement son tournant vers la musique populaire, deux ans après Little Secret.

La chanson Young Love (que l’on retrouve d’ailleurs à deux reprises sur le disque) ouvre fort bien le bal : on aime tout de suite le penchant plus pop de la chanteuse jazz, tout en restant sur nos gardes. Elle chante toujours de sa magnifique voix feutrée et ronde; j’en suis bien heureuse! (La mode des dernières années étant d’entendre des voix plus douces qui jouent entre voix de corps et voix de tête, je suis soulagée de constater que Nikki Yanofsky est restée fidèle à elle-même). Sa reprise acoustique un peu plus loin dans l’album de cette même piste est d’autant plus intéressante puisqu’elle nous permet de revenir aux sources : piano-voix, on n’a pas besoin de plus pour être aux anges.

On poursuit dans une ambiance un peu plus jazzy qui est rapidement éclipsée par des percussions électroniques très pop dans Best of Me. La jeune interprète se laisse aller sans gêne dans des vocalises qui nous montrent son étendue vocale (encore) impressionnante. Malheureusement la pièce suivante, Me, Myself & I, est un peu faible : suite d’accords prévisible, elle ne met aucunement la voix en valeur et il y a beaucoup de répétitions de paroles qui laissent croire à un manque d’inspiration dans l’écriture du texte. Je suis honnêtement tannée de l’entendre après seulement quelques écoutes…

Mais qu’à cela ne tienne, on continue avec celle qui est probablement ma chanson favorite du EP, Miss You When I’m Drunk. Son style jazz bien assumé contribue certainement au fait que je la préfère aux autres et ses paroles un peu loufoques la rendent légère et sympathique à écouter. On termine cet agréable mini-album avec To No1., la balade par excellence que l’on espérait. En version toute acoustique, la chanson nous permet de tomber en amour avec la chanteuse, encore une fois.

Cela m’a fait grand bien d’entendre du nouveau matériel de la part de Nikki Yanoskfy, dont on avait à peine entendu parler depuis la parution de son dernier album en 2014 (qui en avait déçu plusieurs). J’espère que Solid Gold n’est que la prémisse d’un projet de disque complet dans un avenir rapproché, car ce tournant est certainement prometteur.

À écouter : Miss You When I’m Drunk, To No1.

7,7/10

Par Audrey-Anne Asselin

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s