CHRONIQUE : Kroy, une petite fille dans la cour des grands

Photo : John Londono / Consulat
Photo : John Londono / Consulat

Par Audrey-Anne Asselin

Même si elle est habituée aux grandes salles montréalaises lorsqu’elle joue avec Milk & Bone, c’est une Camille Poliquin excitée qui performait jeudi soir. Pour une première fois depuis son lancement dans la métropole sous son pseudonyme Kroy, elle nous présentait l’ensemble de son premier album, Scavenger, lancé en septembre dernier. Une soirée réussie, ou presque.

Premièrement, je m’attendais plus à une salle de spectacle qu’à un club montréalais. Ma déception est grande quand j’entre dans la salle et constate qu’il s’agit d’un événement essentiellement debout (il n’y a que quelques rare places assises, déjà comblées par des spectateurs hâtifs). Outre ce petit hic, mes oreilles sont grandes ouvertes à recevoir ceux qui couvrent la première partie du concert, Forrest meets Douglas Miles. Parfaitement inconnus, je n’avais aucune attente en particulier, mis à part peut-être que ce soit de la musique électronique qui pourrait plaire au public présent. Of course, je ne m’étais pas trompée, mais mes oreilles se seraient passées de la suite.

S’ensuit un peu moins de 30 minutes tout en malaise. Le son est extrêmement fort, trop fort. Si seulement la musique était intéressante, j’aurais pu l’oublier, mais le duo composé d’un chanteur et d’un percussionniste était très ordinaire et les musiciens ont reçu d’ailleurs des applaudissements plus polis qu’autre chose de la part du public. On comprend très sommairement les paroles, et l’abus de reverb dans le micro n’aide absolument pas (d’ailleurs, le chanteur crie davantage qu’il ne chante). Il a de l’attitude sur scène, ne sait pas trop comment bouger et, à un certain moment, il s’excuse même et doit recommencer une chanson. C’est à se demander comment ces musiciens ont pu se retrouver en première partie d’une artiste aussi accomplie que Kroy? Mystère et boule de gomme…

Cela dit, la pièce de résistance n’est pas décevante pour autant. Kroy est en pleine forme, si ce n’est qu’on la sent un peu nerveuse (ce qui est excusable, lorsque c’est ta première montréalaise et que tu viens d’apprendre que ton show est sold out). L’ambiance devient très chaleureuse dès son arrivée sur scène et la jeune musicienne entame son programme, essentiellement identique à celui de son album Scavenger (deux cover en bonus) et qui est également similaire à la représentation à laquelle j’ai assistée en automne dernier au Zaricot de Saint-Hyacinthe.

Toujours aussi excellente, j’ai cependant préféré la voir dans un contexte plus intime qu’hier soir, où on se sentait peut-être moins interpellés par ses interprétations. Le jeu d’éclairage est très cool et ajoute une belle dimension à la performance, mais j’aurais voulu voir davantage le visage de la chanteuse qui était dissimulé dans l’ombre, sous ses longs cheveux noirs. Ironiquement, l’éclairage était très bien dirigé sur ses amis et collaborateurs, Guillaume Guilbault aux claviers ainsi que Charles Blondeau à la batterie. J’aime particulièrement les interventions pétillantes de Poliquin entre les chansons : son excitation est comparable à une petite fille qui entrerait pour la première fois à Disney World.

N’étant pas une grande fan du style électronique, la musique de Kroy fait cependant exception. Son timbre de voix cristallin gravitant essentiellement dans un registre medium à aigu est remarquable et sans défaut. Les mélodies sont accrocheuses, nous ramenant parfois à un côté plus pop qui contraste cependant remarquablement bien avec la complexité harmonique de ses compositions, de quoi charmer les plus sceptiques! Sa performance aura été brève – à peine une heure –, mais on peut la qualifier de franc succès.  En tout cas, les gens dans la salle n’ont pas paru passer une mauvaise soirée.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s