Swingin’ with Oscar – Rémi Bolduc Jazz Ensemble

Sorti le 23 février 2017

Quelques années après son projet d’hommage au grand pianiste Dave Brubeck dans Hommage à Dave Brubeck, Rémi Bolduc et son groupe se sont lancés dans un nouvel hommage à un pianiste de renom, se consacrant cette fois au Montréalais Oscar Peterson. Le défi est différent du dernier projet : Brubeck jouait régulièrement avec un saxophoniste, ce qui n’était pas le cas de Peterson. On a donc droit à un album de dix pièces, dont huit compositions d’Oscar Peterson, arrangées spécialement pour un quatuor incluant pour l’occasion le pianiste Taurey Butler, un Américain qui s’est laissé séduire par Montréal voilà quelques années.

L’album démarre en force avec Noreen’s Nocturne. Cette version est plus lente que celles interprétées par Peterson et son trio (surtout si on compare les performances live), ce qui permet d’apprécier davantage les qualités mélodiques de la chose. On y constate rapidement que tous les musiciens ont une belle chimie dans le quatuor, et Butler s’y intègre très bien, reprenant bien un doigté rappelant le grand Oscar, décédé il y a 10 ans.

Bossa Beguine, juste après, présente une version à laquelle le sax ajoute vraiment quelque chose. La reprise des standards I’ve Never Been in Love Before et The Touch of Your Lips, de même que la très belle Samba Sensitive laissent aussi beaucoup de place à la musicalité de Rémi Bolduc. Dans d’autres cas, comme dans For Count et Laurentide Waltz, c’est plutôt à Taurey Butler qu’on laisse toute la place. C’est particulièrement réussi dans Laurentide Waltz, avec une version plus sentimentale que l’originale, qui n’empêche pas les autres musiciens d’intervenir dans la seconde moitié.

Puis il y a des morceaux, comme Riff Blues ou Cakewalk, qui servent plus à montrer la virtuosité des musiciens qu’à nous charmer les oreilles. On a aussi droit à l’incontournable Place St. Henri, la composition la plus fameuse d’Oscar Peterson. Cette version, plus lente que l’originale, demeure toujours très virtuose, mais ne marque pas autant l’imaginaire que celle du légendaire Oscar, ou même d’Oliver Jones qui se l’est appropriée voilà des années.

«Résumer» le talent d’Oscar Peterson à dix pistes était tout un défi de la part du Rémi Bolduc Jazz Ensemble, mais on peut dire que le résultat est assez réussi : la cohésion et la complicité des membres sont dignes de celles du Oscar Peterson Trio, et le choix du pianiste était parfaitement justifié. Quant aux arrangements, Rémi Bolduc a bien dosé la chose, laissant briller un peu tout le monde. Swingin’ with Oscar vise dans le mille à plusieurs reprises et propose quelques versions qui mériteraient bien de rester dans l’imaginaire collectif.

À écouter : Bossa Beguine, Laurentide Waltz, Samba Sensitive

8,2/10

Par Olivier Dénommée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s