Harry Styles – Harry Styles

Sorti le 12 mai 2017

Celui que l’on connaît surtout comme leader du boys band britannique One Direction prend un tournant solo, tout comme l’a fait son collègue Zayn Malik. Styles conserve cependant sa place au sein du groupe à qui il droit sa popularité suite à leur participation à l’émission anglaise X Factor il y a sept ans de cela. Sexe symbole invétéré des années 2010, Harry Styles s’offre un premier album éponyme plus mature qui laisse entendre un son rock bien senti.

Meet Me in the Hallway donne impérativement le ton au premier long jeu du chanteur. Les sonorités pop rock sont au rendez-vous avec de légers effets de réverbération au micro. Styles s’assure d’offrir du matériel accrocheur et beaucoup plus personnel que ce qu’on a entendu avec One Direction. Juste après, la power ballade Sign of the Times s’installe avec aise. Elle est l’une des nombreuses excellentes pièces de cet album qui collectionne les succès. La voix d’Harry Styles est particulièrement puissante et l’interprète a le chic pour s’adapter à chaque style musical et ainsi mettre chaque morceaux en valeur. Le meilleur exemple qui vient à l’esprit est Sweet Creature, qui s’aventure davantage vers le folk. Le chanteur se sert de chaque petite nuance pour s’approprier la pièce et en faire une interprétation très intime. (La ligne de guitare fait d’ailleurs vaguement penser à Blackbird des Beatles). On ne peut laisser passer inaperçu la très jolie Two Ghosts, qui plaît surtout grâce à son refrain répétitif, collant instantanément à l’oreille.

L’auteur-compositeur-interprète lâche son fou dans Only Angel, qui est certainement la chanson la plus explosive du disque (avec Carolina). Elle est suivie par l’énergique Kiwi. Le lien ne se fait toujours pas entre le titre de la pièce et son refrain : «I’m having your baby», mais bon, ça sonne et c’est ce qu’on recherche surtout dans ce genre de projet.

Ever Since New York n’est pas trop mauvaise, mais marquera principalement grâce à son refrain mélodieux où les harmonies vocales prennent une place importante. Les couplets restent toutefois assez ordinaires. C’est tout le contraire qui se passe dans Woman où sensualité – et j’oserais même dire sexualité – sont bien sentis. Musicalement ça groove juste assez à la basse et c’est langoureux à souhait. Ce n’est peut-être pas celle qui se fait le plus remarquer à la première écoute, mais ça viendra. Elle est la preuve la plus flagrante que le petit Harry Styles est maintenant dans la cour des grands. Toute en subtilité, From the Dining Table se glisse dans cette liste plutôt impressionnante de pièces toute aussi bonnes les unes que les autres. On a peine à réaliser qu’il s’agit là de la dernière piste de l’opus d’à peine 40 minutes. Accompagné seulement d’une guitare pour commencer à laquelle quelques subtiles lignes de violons viendront s’ajouter, on se quitte en toute simplicité et douceur.

Le message est clair, Harry Styles a quelque chose à exprimer par sa musique rock qui fait du bien. Le chanteur a de l’expérience derrière la cravate avec ses sept années au sein de One Direction et cela l’a certainement inspiré à composer ce premier album solo unique qui n’ennuiera clairement personne. Ça augure très bien pour la suite, c’est certain.

À écouter: Sign of the Times, Sweet Creature, Only Angel

8,2/10

Par Audrey-Anne Asselin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s