Yvan Pedneault – Yvan Pedneault

Sorti le 12 mai 2017

Finaliste à l’édition 2016 de La Voix dans l’équipe de Marc Dupré, Yvan Pedneault profite de sa nouvelle visibilité pour lancer un premier album solo. Simplement intitlué Yvan Pedneault, cet album est marqué par plusieurs co-compositions, dont plusieurs sont signées par Marc Dupré et Jérôme Couture. Sans surprise, leur couleur est très audible à travers l’opus.

Classé dans un registre pop-folk, l’album ratisse en fait plutôt large : on y entendra bien des chansons pop-rock, mais aussi un peu de country. La première de l’opus, Dis-moi, semble miser davantage sur les textes et le build-up musical que sur les mélodies d’Yvan Pedneault. Effectivement, celles-ci sont très simples et même plutôt graves, donnant une impression particulière. Il changera sous peu de registre vocal, mais cette première chanson a quand même quelque chose d’inexplicablement accrocheur.

S’ensuit Au bout de nous, un titre typique du style de Marc Dupré : la musique semble confirmer cette impression. Il faut quand même avouer que le chanteur s’approprie très bien ce registre pop assumé, qu’on retrouvera un peu partout à travers l’album. On est deux (la première chanson ensoleillée de l’album), La raison de ma vie (très puissante même si les paroles sont prévisibles), Unis à nos voix, ou encore La dernière fois (un puissant hymne à l’amour qui pourra bien donner quelques frissons, qui avait d’ailleurs été inteprétée lors de sa finale) se défendent tous plutôt bien dans ce registre.

Pedneault se permet quelques incursions en anglais : There for You est probablement sa plus convaincante, même si sa mélodie semble terriblement familière et même si Home ne laisse pas sa place non plus pour son énergie. Étrange : même si la grande majorité de l’album est en français, l’artiste semble avoir plus d’aisance à transmettre ses émotions en anglais.

Rares sont celles qui sont moins convaincantes, mais mentionnons T’en iras-tu qui n’arrive pas à accrocher, peut-être parce qu’elle se trouve entre deux excellents titres, ou Tu ne le sais pas, qui manque simplement de mordant. En tant qu’ancien finaliste de La Voix, il fallait s’y attendre : on retrouve la chanson qu’il a interprétée en demi-finale, Somebody to Love de Queen. Le problème : bien qu’elle soit impressionnante à entendre, cette version ne fait que calquer l’originale. On l’oubliera probablement assez vite, à moins que vous ayez vraiment capoté sur son interprétation…

Attardons-nous brièvement à la finale, On changeait l’avenir, en duo avec Amé (Amélie Larocque). Un duo est toujours touchant dans un album, mais celui-ci n’a pas été exploité au maximum… dommage. Par contre, la chanson offre une extro instrumentale assez accrocheuse d’environ deux minutes. Elle fait presque ombrage au reste!

Il faut accorder à Yvan Pedneault qu’il fait preuve d’une belle maturité musicale qui s’entend tout de suite. Évidemment, il faut aimer le genre, et si vous n’êtes pas trop fan de La Voix ou de Marc Dupré en général, il se pourrait que l’album soit plus irritant qu’agréable. Sinon, on a droit à un opus pop assumé et riche qui met de l’avant un artiste qui, on le sent, n’a pas fini de faire parler de lui. Et qui sait, peut-être arrivera-t-il encore plus à se démarquer de ce que fait son coach pour développer sa propre couleur.

À écouter : Au bout de nous, There for You, La dernière fois

7,8/10

Par Olivier Dénommée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s