Le bruit du temps – Julien Pilon

Sorti le 2 juin 2017

Le nom de Julien s’est fait connaître il y a cinq ans, alors qu’il lançait un premier album qui avait retenu l’attention de l’industrie, mais il semble s’être fait plus discret depuis. Voilà que son nom revient à l’avant-scène avec un nouvel album, intitulé Le bruit du temps où pop, folk et électro cohabitent plutôt bien.

À l’envers nous laisse entrer en douceur dans l’album avec une intro discrète, laissant rapidement la place à la voix rassurante de Julien Pilon. C’est assez exceptionnel : cette chanson d’amour réussit à ne pas sonner cheesy, même si c’est quelque chose d’extrêmement difficile en français. La chanson gagne graduellement en intensité, et a droit à une bonne portion instrumentale de plus d’une minute et demie à la fin. C’est plutôt efficace dans la mesure où on continue de ressentir les émotions partagées au début de la chanson même si on n’entend plus de paroles.

Autant cette première piste est efficace, autant les suivantes laissent un peu indifférent : sans être mauvaises, Rose et La réception ne resteront simplement pas en tête, se perdant un peu dans l’ensemble. Quant à En attendant, elle reprend un peu la même énergie que À l’envers, mais avec plus de rythme.

Prochaine chanson à retenir l’attention : Une autre fois, qui sèmera le doute pour certaines personnes avec le bruit d’alarme de cellulaire qui sera fera entendre au début. S’ensuit le premier single de l’album, Juicy. Si, au début, le bruit de synthé me semblait irritant, on finit par s’y habituer et on en vient à apprécier la construction de la chanson, qui n’a pas d’autre défaut. La suivante, Ta vie dans l’Maine, vise aussi particulièrement juste dans cette chanson douce et émotive.

Plus active, Plus on est loin nous revigore un peu, mais sans plus : on retombera aussitôt à la douceur pour la finale, L’amour au temps du WI-FI. Cette dernière est aussi la plus longue de l’opus, dépassant la barre des 6 minutes. Le long passage instrumental de plus de 2 minutes aide beaucoup à cette longueur, finissant ainsi avec la même technique que l’album commençait. C’est efficace une fois, mais peut-être de trop ce coup-ci, même si c’est drôlement efficace.

Le bruit du temps est un album quelque peu inégal, offrant quelques chansons très fortes, et d’autres beaucoup moins intenses. Aucune piste n’est véritablement de trop et ça s’écoute très bien dans un bon contexte, en fin de soirée par exemple. Ce n’est certainement pas un album estival malgré sa date de parution, mais ça fait du bien d’entendre du nouveau matériel de Julien Pilon, qui ne manque pas de talent, notamment dans l’écriture de ses textes.

L’album entier est disponible sur Bandcamp.

À écouter : À l’envers, Juicy, Ta vie dans l’Maine

7,7/10

Par Olivier Dénommée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s