1989 – Ryan Adams

Sorti le 21 septembre 2015

Oui, vous avez bien vu : moins d’un an après la sortie de l’album 1989 de Taylor Swift, l’Américain Ryan Adams reprend intégralement l’album, à sa sauce. Si le projet peut sembler ridicule au premier abord, Adams a été très sérieux dans sa démarche et se réapproprie à merveille ces 13 chansons.

Petit fait comique : l’album de Taylor Swift est officiellement le premier où elle délaisse complètement l’étiquette country. Or, Adams ramène le tout dans un mélange de rock et… de country-folk.

Après une intro de goélands (eh ben!), on a droit à Welcome to New York, en version rock très chargée. Les effets sont lourds, et on est à des milles de la chanson synthpop de Swift qui manquait d’ailleurs un peu de saveur. Puis, il fait de Blank Space une douce ballade country : surprenant et incroyablement réussi. Le propos ne lui colle évidemment pas à la peau comme il le faisait pour l’artiste originale, mais il se l’approprie de bien  belle façon, et c’est fait dans le respect.

Par contre, on sent qu’il en fait un peu trop dans Style, qu’il surcharge d’effets comme dans Welcome to New York, ce qui enlève un peu la force mélodique de la chanson. Après quelques écoutes, on s’y habitue, surtout si on avait apprécié la version de Swift, mais une version plus épurée aurait certainement mieux fonctionné ce coup-ci. S’ensuit une très belle surprise : Out of the Woods, complètement réinventée. Si le refrain de base était un peu cliché et désagréable pour ceux qui n’étaient pas vendus, cette relecture est beaucoup plus digeste, offrant une version folk berçante qui pourrait être jouée au coin du feu sans faire sourciller qui que ce soit.

Dans le registre country-rock, All You Had to Do Was Stay offre aussi une version bien plus intéressante que l’originale, sans le côté bonbon qui pouvait rebuter. Même Shake It Off, à la mélodie pas si élaborée, se refait une beauté avec quelque chose d’assez convaincant. Les fans regretteront quand même le manque de rythme de cette version. Constat similaire pour I Wish You Would, qui avait quelque chose de très spéciale dans la rythmique originale. Au moins, la chanson gagne un peu en intensité après le premier tiers, mais pas tout à fait.

Mention spéciale à Bad Blood puis à Wildest Dreams, faites pour être reprises en version country, chose que Ryan Adams fait avec brio. Par contre, il manque de mordant dans How You Get the Girl, et même dans This Love, pourtant déjà une ballade très douce dans la version de Taylor Swift. On reprend le rythme pour la fin de l’album : I Know Places est une relecture country-rock intéressante, mais la surprise finale revient définitivement à Clean. La ballade de Swift gagne en tempo, et si les premiers instants laissent sceptique, on y prend goût rapidement, en tapant du pied. L’album se termine ainsi après 54 minutes, et on est presque déçus que Ryan Adams n’ait pas poussé l’audace jusqu’à en faire une version deluxe avec les chansons supplémentaires de 1989.

Bref, pour cet album pour le moins étonnant, Adams s’est admis inspiré par des artistes comme Bruce Springsteen et The Smiths, et on n’a aucune difficulté à sentir ces influences dans ses arrangements, qui ressemblait davantage à un opus rétro qu’à un album composé par une jeune chanteuse pop. Il faut dire qu’Adams a 15 ans de plus que Swift, alors on peut comprendre que ses inspirations soient ailleurs. Il faut ainsi reconnaître qu’il a su prendre des chansons écrites dans un contexte très spécial, et leur donner un sens qui pourrait plaire à un public complètement différent. Sans surprise, Taylor Swift s’est montrée émerveillée à l’idée que son album complet soit repris, surtout de cette façon. Il aurait été facile de tomber dans la caricature, et c’est tout le contraire qui s’est passé.

Mais ne cherchez pas à savoir quelle version est la meilleure : les deux n’ont tellement rien à voir ensemble que ce serait ridicule de chercher à réaliser cet exercice alors que la réponse repose surtout sur votre préférence entre la pop radiophonique et le country-rock.

À écouter : Blank Space, All You Had to Do Was Stay, Wildest Dreams

7,8/10

Par Olivier Dénommée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s