Something to Tell You – Haim

Sorti le 7 juillet 2017

On se souviendra de leur album Days Are Gone en 2013 : les trois sœurs derrière Haim avaient réussi un grand coup pour leur premier album et la pression avait créé une panne sèche pour la suite. La sortie de Something to Tell You marque la fin de cette panne, avec un retour au pop-rock qui avait bien fonctionné, en se permettant d’intégrer d’autres influences des plus éclectiques.

La première piste est aussi le premier single du nouvel album : Want You Back, un hymne pop qui vise particulièrement dans le mille au refrain. On reconnaît la signature que le trio a développé il y a quatre ans, non sans plaisir. Poursuivons avec Nothing’s Wrong, à la mélodie intéressante, mais aux paroles parfois un peu difficiles à suivre, si on veut chanter avec elles… enfin, cette impression se dissipe dès qu’on entend Little of Your Love, qui est un véritable tourne-langue (sérieusement, c’est assez difficile de suivre le refrain qui répète «Givemejustalittleofyourlove» sans avoir l’air un peu ridicule). C’est ironiquement le second extrait de l’album, un choix déjà plus douteux, au moins du point de vue d’un auditeur non anglophone.

Il y a un côté rétro, presque disco, qui se dégage de différentes chansons de l’album, comme on le sent sur Ready for You au niveau des guitares. C’est encore plus évident dans You Never Knew.

Sinon, la seconde moitié de l’opus semble s’essouffler si on la compare à la première. La chanson-titre Something to Tell You n’arrive pas tout à fait à rester en tête, et Kept Me Crying devient vite saturée de façon plus ou moins agréable. Walking Away est une belle tentative pour un son plus RnB, mais on dirait que ce son ne colle pas à Haim.

Reste les exceptions Found It in Silence et Right Now, qui marque par ses arrangements plus recherchés qui prennent agréablement par surprise. La finale Night So Long surprend aussi dans le mesure où on a choisi un morceau lent et planant pour clore le tout. Il est vrai les chansons se sont adoucies beaucoup en cette seconde moitié d’album, mais c’est toujours un choix risqué pour un album pop d’y aller vers un «downer» pour nous laisser.

Une chose est sûre : on a osé beaucoup plus dans ce second album de 42 minutes, surtout musicalement. Ce n’est pas toujours réussi, mais on sent le désir de développer son propre son. Déjà, on reconnaît la signature vocale, et il faut dire qu’elle fonctionne déjà plutôt bien. Après, c’est de trouver l’instrumentation, mais on peut souhaiter que le trio se laisse pas tenter par la mode de délaisser complètement les guitares au profit des synthés.

À écouter : Want You Back, Nothing’s Wrong, You Never Knew

7,3/10

Par Olivier Dénommée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s