Bonsoir shérif – Keith Kouna

Sort le 6 octobre 2017

Cela faisait déjà quatre ans que Le voyage d’hiver de Keith Kouna était sorti. Après s’être basé sur un cycle de lieder de Schubert, le voilà qui revient à un propos social extrêmement assumé. L’album Bonsoir shérif nous présente un Kouna plus engagé que jamais.

Bon, c’est si on oublie Ding Dang Dong, première piste qui sert essentiellement à nous mettre dans le mood musical, ne répétant que ces onomatopées. Shérif offre, avec une intensité non loin du punk rock, une liste assez évocatrice de ce que sont les parents du chanteur. C’est, règle générale, la formule que Keith Kouna exploitera à travers l’album. C’est justement le cas avec Vaches, enchaînant une longue énumération de membres de la société avec, parfois, une critique associée. On fait même une mention plus ou moins subtile aux membres de La Meute, où ils se font traiter de colons. En forme, Kouna! Notons tout de suite une chanson presque identique, Marie, pourtant tout aussi efficace.

Poupée s’adoucit musicalement, et même si le propos demeure très critique, il semble quand même moins mordant vu le presque chuchoté du chanteur. Congo et Pays (du moins la majeure partie de la chanson) ont le même problème, les rendant beaucoup moins mémorables à l’oreille. Un morceau doux, en revanche, sortira tout de suite du lot : Doubidou, interlude ludique qui n’empêche pas d’offrir quelques textes incisifs au passage.

En fin d’album, on a l’intense Madame, suivie de Berceuse. Quand on sait que Keith Kouna a vu son enfant naître récemment, on ne peut que s’imaginer qu’il l’a composée peut-être pour son enfant, même si le propos est loin d’être dirigé vers un bébé… mais on parle de Keith Kouna ici, rappelons-le!

L’album Bonsoir shérif répond très bien à sa promesse d’être très critique socialement. Ça, on ne peut l’enlever au chanteur. C’est dans la façon que ce n’est pas toujours efficace : alors que les morceaux plus chargés et agressives restent en tête, les chansons douces ont tendance à se faire oublier. Les paroles de Kouna étaient parfaites pour un gros album punk mur à mur, c’est donc un peu dommage qu’il ait manqué la chance de nous brasser pas mal plus!

À écouter : Shérif, Vaches, Marie

7,1/10

Par Olivier Dénommée

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s