La science du cœur – Pierre Lapointe

Sorti le 6 octobre 2017

Avec sa poésie déjantée et ses mélodies évocatrices, Pierre Lapointe séduit maintenant le Québec depuis plus d’une décennie. Son plus récent disque, La science du cœur, arrive en même temps que l’automne pour nous procurer de délectables frissons avec ses 11 morceaux tous aussi empreints de profondeur les uns que les autres.

C’est la chanson-titre La science du cœur qui ouvre le bal et qui donne le ton à cet opus chargé en émotions. Le grand pouvoir de cette pièce réside certainement dans son incessant build-up général qui atteint son apogée à 3min10, alors que Lapointe entame une série de «ou» supportés par une section de cordes, qui prenait de plus en plus de place depuis le début du morceau. Le lyrisme prend une ampleur encore plus grande alors que la chanson suivante, Qu’il est honteux d’être humain, se fait entendre. Alors qu’on retrouve cette petite touche pianistique qui nous a tant plu de Pierre Lapointe dans le passé, les cordes viennent encore une fois ajouter une dimension plus romantique et profonde à la musique déjà joliment ficelée. Ajoutons à cela quelques modulations pour créer un effet encore plus puissant à la chanson qui nous arrache quelques frissons au passage.

On passe maintenant à Le retour d’un amour, qui déjà se donne des airs pop ballade pas trop méchante. Magnifique morceau, où on peut goûter à une sensibilité plus vraie et plus compréhensible (venant de Pierre Lapointe qui s’est toujours fait très vague dans sa poésie en s’exprimant sur ses relations amoureuses). Cet album est définitivement caractérisé par cette liberté musicale que se donne l’auteur-compositeur-interprète, nous invitant à bras ouverts dans son univers. On peut tout autant le remarquer dans sa poésie que dans ses mélodies plus lyriques qui mettent divinement sa voix en valeur. Comme un soleil, qui vient un peu plus tard, n’y fera d’ailleurs pas exception.

Plongeons maintenant dans un peu plus de vivacité, alors que des chansons comme Sais-tu vraiment qui tu es et Mon prince charmant se veulent plus rythmées et dirigées vers le texte. La première, particulièrement crue par endroits, reste plus facile à apprécier que la deuxième à cause de sa mélodie plus linéaire. D’ailleurs, le riff de cuivres qui revient entre chaque couplet est surprenant au début, mais pour on-ne-sait quelle raison, devient vraiment le fun à entendre après quelques écoutes. Disons que ça change la dynamique et ça ajoute une nouvelle dimension à l’instrumentation plus orchestrale proposée dans d’autres pièces. Dans cette lignée de chansons plus vives, on ne déteste pas du tout la très originale Zopiclone, dans laquelle les progressions harmoniques et mélodiques sont nettement plus complexes et recherchées. On se plaît particulièrement à entendre les quelques harmonies vocales au passage, un atout qui se prête à merveille au timbre particulier de Lapointe.

Les deux chansons notables du reste de l’opus restent Naoshima, pure et élégante beauté rappelant les grandes chansons romantiques françaises, puis, pour finir, Une lettre. Cette dernière vient définitivement chercher une fibre sensible puisqu’elle rappelle soudainement une nostalgie des premiers albums de Pierre Lapointe où piano et voix prônaient sur tout. On y ajoute quelques sections d’harmonies vocales (hommes et femmes) pour lui donner cette petite touche qui la différencie de plus ancien répertoire du chanteur et le tour est joué : nous voilà séduits!

Ce qui est bien avec Pierre Lapointe, c’est qu’il essaie toujours de se réinventer tout en conservant cette fibre artistique bien à lui, et ce, dans chaque projet. La science du cœur n’y fait pas exception, en proposant des titres variés qui nous emmènent dans les coulisses de l’amour de façon nuancée et réfléchie. Cet opus deviendra rapidement un classique de l’auteur-compositeur-interprète chéri des Québécois et Québécoises, mais sûrement aussi de toute la francophonie.

À écouter : Qu’il est honteux d’être humain, Le retour d’un amour, Mon prince charmant

8,8/10

Par Audrey-Anne Asselin

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s