Lilies – Melanie de Biasio

Sorti le 6 octobre 2017

La chanteuse jazz belge Melanie de Biasio gagne lentement, mais sûrement en popularité à travers le monde. Son précédent album No Deal y est pour beaucoup. Mais la voilà qui a décidé de changer de méthode, voulant retourner à «l’essence de la créativité» en se retirant chez elle avec son programme Pro-Tool et les moyens du bord. Cela donne Lilies, un album décrit comme sombre et lumineux à la fois.

En théorie, la proposition est très séduisante. C’est l’occasion rêvée de voir ce que la chanteuse a dans le ventre lorsqu’elle n’est pas autant entourée. En pratique, on a droit à un album qu’on sent expérimental et qui n’aura que très peu d’intérêt pour le grand public.

Commençons avec l’extrait Your Freedom Is the End of Me. Lente à démarrer, elle reste assez douce et sombre du début à la fin, sans grand remous. Gold Junkies est plus chargé, mais ne soulève pas davantage les passions. La chanson-titre Lilies offre ensuite un piano-voix déjà plus convaincant que les premières pistes, sans toutefois créer de vraie surprise.

On apprécie encore plus l’arrivée de Let Me Love You, où la mélodie bouge un peu plus, et où l’instrumentation s’active aussi davantage. Par contre, on aurait préféré plus de build-up dans ce morceau de 4 minutes. Sitting in the Stairwall, a capella, crée une longueur en plein milieu d’album, et on ne se reprend pas particulièrement avec Brother, presque aussi minimale dans l’accompagnement.

Reprenant une énergie similaire à celle de Let Me Love You, Afro Blue est cependant plus maladroit mélodiquement. Quant à All My Worlds, malgré une mélodie statique, crée un certain mystère qui capte notre attention. Faut dire que l’album est si peu enthousiasmant qu’on prend les éléments excitants qu’on peut. Et ici, on a droit à une belle construction au fil de la chanson de plus de 6 minutes. Par contre, on aurait dû couper la finale And My Heart Goes On, trop longue et trop peu mélodieuse pour bien terminer cet album déjà laborieux.

Melanie de Biasio n’est pas nécessairement connue pour son registre purement jazz, mais ici, on sent qu’elle s’est égarée dans ses expérimentations où elle chante à peine, et où la musique ne lève pas non plus. La première écoute n’était pas convaincante, et l’écouter en boucle n’a pas fait changer notre opinion… en tout cas, pas positivement! Un album qu’on oubliera bien vite!

Son album est disponible sur Bandcamp.

À écouter : Lilies, Let Me Love You, All My Worlds

4,5/10

Par Olivier Dénommée

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s