Interiors – Quicksand

Sorti le 10 novembre 2017

Le groupe de post-hardcore Quicksand n’avait rien lance de neuf depuis Manic Compression, un album paru en 1995. Une tentative avortée d’enregistrer un troisième album a eu lieu en 1998, et plusieurs ont probablement perdu espoir. Mais voilà que Interiors voit le jour.

Note pour commencer : j’étais un peu jeune au moment de la sortie du précédent album alors cette critique ne sera pas un comparatif entre le nouveau et le vieux Quicksand. Ceci étant dit, après 22 ans, on peut presque dire que le groupe repart à neuf.

L’album démarre, plutôt «doucement», avec Illuminant. Oui, il y a une certaine lourdeur autant dans les guitares que dans la batterie, mais ça reste extrêmement accessible Commentaire similaire pour Under the Screw avec son riff de guitare qui reste en tête et un build-up qui ne fait pas de mal vers la fin. La vibe se poursuit encore dans Warm and Low, ce qui laisse croire qu’on a droit à un album contenant finalement peu de variété.

Puis vient >, interlude au titre pour le moins discret, qui passe à l’ambiant pendant quelques secondes. Elle est suivie de l’excellente Cosmonauts, beaucoup plus proche du indie rock que les précédents titres, puis la pièce-titre et Hyperion qui mélangent différentes influences, dont une dose de shoegaze qui semble un must pour tout groupe des années 90 faisant un retour. Plus énergique, on a droit à Fire This Time, suivie de Feels Like a Weight Has Been Lifted au build-up très réussi, particulièrement au refrain.

Une autre interlude ambiante : >>, qui annonce la dernière partie de l’album. On a droit à la très chargée (mais pas nécessairement mémorable) Sick Mind, puis à la conclusion Normal Love. Une finale sympathique pour un album qui s’écoute plutôt bien.

On quitte l’album Interiors avec des sentiments mitigés. D’un côté, il ne contient rien de trop déstabilisant pour l’oreille en plus d’offrir une certaine constance entre les pistes malgré différentes influences, mais d’un autre, on aurait aimé quelque chose de plus edgy. Le son de Quicksand en 2017 est résolument moderne et personne ne pourra blâmer le groupe de baigner dans la nostalgie.

À écouter : Cosmonauts, Interiors, Normal Love

7,6/10

Par Olivier Dénommée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s