Lumières d’hiver – Emilie-Claire Barlow

Sorti le 3 novembre 2017

Deux ans après la sortie de son album bilingue Clear Day, la francophile Emilie-Claire Barlow revient avec un album de Noël, intitulé Lumières d’hiver. C’est en quelque sorte son hommage au Québec (et à ses températures), cette province qui l’a adoptée ces dernières années quand elle a entamé son virage vers le français. L’album contient des classiques, des chansons plus méconnues, et même 3 compos originales signées avec Steve Webster, complice musical de Barlow.

Le jazz est évidemment très présent dans cet album, mais aussi des chansons plus latines ou pop. Combien de Noël?, la première de l’opus, penche vers un latin chaleureux. S’ensuit Janvier, composition originale et I’ll Be Home for Christmas, qui y vont plutôt d’un côté berçant et très chantant.

Hey Santa contient une collaboration avec Ingrid St-Pierre. C’est relativement réussi, une fois qu’on oublie à quel point la chanson des sœurs Wilson est quétaine. Par contre, la version française de The Christmas Waltz est très réussie, suivie d’une autre compo réussie, Le dernier Noël. Le thème est un peu particulier, mais il est rare qu’on écoute un album des fêtes pour ses paroles. Par contre, la chanson-titre Lumières d’hiver (la dernière composition originale de l’opus) est un peu surchargée, et tranche beaucoup avec le reste de l’album, plus discret dans les arrangements.

Après une Please Come Home for Christmas plus discrète, on a droit à une des plus belles pièces de l’album : River de Joni Mitchell. Toute en douceur, elle vient vraiment chercher nos émotions. Dommage, Emilie-Claire Barlow a eu l’idée de gâcher la fin en lui donnant un ton plus gospel. Au moins, elle a livré une belle interprétation de Marie-Noël, avec une bonne dose de violons.

La portion suivante se fait un peu moins accrocheuse, avec Chanson pour une nuit d’hiver, et un duo avec Mitsou dans As-tu vu le Père Noël. On fait une exception pour Noël blanc, qui est toujours plus belle dans l’extrême douceur. On conclut l’album avec la belle valse My Dear Acquaintance. Elle prend un certain temps à accrocher, mais elle vaut bien un peu de patience.

Dans l’ensemble, on peut parler d’un album réussi, surtout au niveau de la variété des arrangements, même si toutes les chansons ne sont pas aussi accrocheuses. Barlow a une voix sublime, personne ne le niera, et elle a un don pour trouver des chansons qui sortent des sentiers battus. Oui, il y a quelques faux pas ici et là, mais il on peut plus aisément pardonner quand il s’agit d’un album de Noël, où tout le monde tente de tirer son épingle du jeu.

À écouter : Combien de Noël?, The Christmas Waltz, Marie-Noël

7,2/10

Par Olivier Dénommée

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s