Mad Rush – Philip Glass

Interprété par Lisa Moore

Sorti le 10 février 2015

La pianiste australienne Lisa Moore s’est intéressée à la musique pour piano solo du minimaliste Philip Glass, consacrant un opus paru en 2015 de morceaux au piano, dont plusieurs un peu moins connus. Intitulé Mad Rush, du nom de la pièce phase de l’album, cet album d’un peu plus d’une heure nous permet de vivre l’évolution musicale de Glass à travers les doigts de Lisa Moore.

On commence en 1979, lorsque Glass compose cette pièce encore sans titre, qui prendra le nom de Mad Rush quelques années plus tard lorsqu’elle a été utilisée pour le ballet du même nom. Le côté très répétitif, marque de commerce du compositeur américain, est évidemment très présent dans cette piste de plus de 14 minutes divisée en 7 segments similaires dans la forme, mais très différents dans l’intensité. On passe naturellement au très doux, voire berçant, au très agité, presque agressif. Moore rend le tout avec nuance et précision.

Avançons en 1988, avec la suite Metamorphosis, en 5 mouvements. Moore joue beaucoup avec les tempos, alors qu’elle étire les mouvements I et V et accélère les mouvements III et IV. Cette œuvre, d’une durée totale d’environ une demi-heure, propose des mélodies simples et très émotives à la fois, qui sont particulièrement efficaces dans le mouvement II et III.

Après la jolie Etude No. 2, on passe à une des incontournables de l’album, Satyagraha Conclusion, Act 3. Cette interprétation parfaite aurait très bien pu conclure l’album, mais on termine plutôt avec Closing, qui réussit encore plus parfaitement à mettre un point final à cet album fort agréable. Lisa Moore a très bien choisi la progression des pièces, menant à un build-up naturel d’une piste à l’autre et culminant avec ces deux excellentes pièces de Glass.

Difficile de trouver un défaut à l’album Mad Rush, si ce n’est que d’une certaine répétition dans les motifs, chose qui fait partie de la signature même du compositeur. Tout de même, le choix des pièces nous présente un beau portrait de l’évolution de Philip Glass dans ses compositions au piano au fil des ans, et ça devrait donner le goût à plusieurs d’en écouter davantage.

À écouter : Metamorphosis III, Satyagraha Conclusion, Act 3, Closing

8/10

Par Olivier Dénommée

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s