Grenadine – Grenadine

Sorti le 29 janvier 2014

Projet solo de l’auteure-compositrice-interprète Julie Brunet, Grenadine met de l’avant ses chansons pop douces-amères. Après quelques années à écrire discrètement, elle a lancé un album homonyme en 2014 où elle se mouille véritablement. Écoutons ce qu’elle a à proposer.

La voix plutôt sucrée de Grenadine se remarque dès les premiers instants de Bonjour tristesse. Elle est bien appuyée par une musique rêveuse qui prend exactement la place qu’il faut pour laisser la place aux paroles, moins réjouissantes que ce qu’on s’imagine. Bonne entrée en matière. Marion poursuit dans la même veine. Cette fois, on remarque le hook «alors tu t’en balances», peut-être plus maladroit.

On passe ensuite à la balade, avec la belle Summerlove. Les cordes sont un très bel ajout, et mention à la force du refrain chanté en anglais – un choix facile, mais réussi. Ô toi laisse davantage de place aux textes, et aborde l’aspect cliché de la critique directe envers l’attitude narcissique d’un proche. Grenadine a plus de succès avec la jolie chanson Amours microscopiques.

On passe maintenant au folk pop avec Petits mensonges, puis dans Oublie-la et dans Je veux, je veux… avec des résultats quelque peu mitigés. La plus rock L’amant lamentable sera particulièrement à oublier pour son jeu de mot peu convaincant et sa mélodie beaucoup moins forte que dans les premières pistes. Heureusement, après une série de chansons moins fortes, Amour de glace revient dans le registre plus sucré de Grenadine. La finale, Papier carbone, offre aussi une mélodie forte, quoique plus grave, ce qui tranche quelque peu avec les autres chansons.

Cet album de Grenadine contient des bonnes idées, mais il manque un peu de constance pour que l’opus reste vraiment en tête. On préférera conserver les chansons fortes du projet, et on passera à un autre appel pour les autres. Reste que l’artiste avait une proposition intéressante : offrir une pop douce musicalement et plus amère lyriquement, c’est au niveau du rendu qu’il y a encore place à amélioration.

À écouter : Bonjour tristesse, Summerlove, Amours microscopiques

6,9/10

Par Olivier Dénommée

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s