Satie variations – Cordâme

Sorti le 15 juin 2016

Le groupe Cordâme propose depuis plusieurs années sa musique inspirée, qui touche au jazz, au classique et à la musique du monde, avec une instrumentation peu conventionnelle. Généralement porté sur les compositions, le groupe a fait une exception pour le projet Satie variations, un hommage enregistré pour le 150e anniversaire de naissance d’Erik Satie.

On peut ainsi reconnaître plusieurs des plus belles compositions de Satie en version piano/harpe/violon/violoncelle/contrebasse/percussions, ou au moins des variations de certains de ses thèmes avec une bonne dose d’improvisation. L’album démarre d’ailleurs avec Autour de Gnossienne I, reprenant une des pièces les plus célèbres du compositeur avec une touche plus gypsy. Belle entrée en matière, suivie par la douceur presque berçante de Danses de travers. On reste sensiblement dans le même registre avec Gymnopédie africaine.

Autour de Gnossienne III s’approche un peu plus de la tradition jazz, alors que Gymnopédie angélique et Autour de Gnossienne IV optent pour des arrangements plus discrets, mais d’autant plus poignants surtout du côté d’Autour de Gnossienne IV. Cela tranche avec Le fils des étoiles, aux arrangements plus intenses avant de revenir à une certaine discrétion avec Airs à faire fuir. La harpe est souvent mise à profit pour les morceaux plus doux, ce qui est loin de déplaire.

Tout de même, l’album Satie variations est loin d’être bref, et certaines longueurs peuvent se faire entendre au cours de l’opus. Avançons donc plus loin, jusqu’à la jolie Gymnopédie aquatique, suivie de l’enfantine Carré de sable et de la jazzy Autour de Gnossienne II. Encore plus loin, mentionnons la suite Avant-dernières pensées, qui offre trois mouvements drôlement éclectiques et assez brefs. L’album se terminera avec Réflexions sur choses vues à droite et à gauche (sans lunettes), qui prend des airs très lyriques, sans nous marquer davantage.

L’album se termine après 76 minutes, signe que Cordâme ne manquait pas de bon matériel pour rendre hommage au génie créatif d’Erik Satie. Certes, l’opus aurait pu gagner à être plus punché par moments et moins à d’autres, mais il demeure un excellent album à mettre en musique de fond, ou une bonne façon de redécouvrir l’œuvre de Satie sous une nouvelle approche.

Il est possible d’écouter les pièces sur Bandcamp.

À écouter : Danses de travers, Gymnopédie africaine, Carré de sable

7,7/10

Par Olivier Dénommée

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s