All Melody – Nils Frahm

Sorti le 26 janvier 2018

Au fil des années, Nils Frahm s’est taillé une belle place dans l’univers hybride entre le classique et la musique électronique. Les choses ne semblent pas près de changer avec sa nouvelle offrande, All Melody, bien que les sonorités électroniques soient bien en évidence dans cet opus extrêmement contemplatif.

Un chœur nous initie tout doucement à l’album dans The Whole Universe Wants to Be Touched. Le tempo lent et ses mélodies berçantes seront récurrents, alors si vous en avez assez après 2 minutes, nous avons de mauvaises nouvelles pour vous! Le morceau s’enchaîne avec Sunson, qui incorpore du beat pendant près de 5 minutes (sur 9 minutes), dans un build-up particulièrement subtil, mais somme toute réussi. Les sons électroniques sont aussi au menu dans A Place, mais avec un retour de la chorale et de quelques autres instruments, ajoutant tous à la mélodie fantomatique.

Petit changement de registre d’instruments : on passe au piano essentiellement en solo à My Friend the Forest, une compo minimaliste qui, imagine-t-on, aurait très bien pu être jouée par Chilly Gonzales. L’enregistrement semble tellement intime que l’on entend le son des marteaux du piano (plus loin, Forever Changeless offre sensiblement les mêmes qualités). S’ensuit Human Range, qui incorpore cette fois une trompette, apportant un peu de tension à l’ensemble.

Nous voilà à la pièce-titre de l’album, All Melody. Retour aux sons électroniques sur un tempo lent qui évolue lentement. Une mélodie presque baroque se fait rapidement entendre dans la première moitié de la pièce de plus de 9 minutes, mais le reste contient quelques longueurs. #2, sa suite, prend elle-même énormément de temps pour atteindre son potentiel mélodique. Commentaire similaire pour Momentum, qui deviendra Fundamental Values, le classique morceau qui nous fait imaginer la vie sous l’eau (cliché, mais toujours réussi). Seulement le bout de trompette au début est de trop.

Après plusieurs morceaux plus subtils, Kaleidoscope en manque quelque peu, pendant de trop longues minutes. On passe enfin à la conclusion, après 1h15 de musique. Harm Hymn conclut le tout en douceur, à la façon de Arvo Pärt.

Lorsque le mood est bon, All Melody a beaucoup à offrir avec des morceaux parfaits pour l’introspection. Il y a bien quelques longueurs, ce qui est assez incontournable quand la moitié des pistes durent 7 minutes et plus, alors c’est vraiment un album qu’il faut prendre le temps de savourer pour pleinement l’apprécier.

À écouter : A Place, My Friend the Forest, Harm Hymn

7,6/10

Par Olivier Dénommée

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s