Chrome – Debbie Tebbs

Sort le 23 février 2018

Les dernières fois qu’on parlait de Debbie Tebbs, c’était pour son album UP! (et l’album de remixes RE-UP!), qui avait comme particularité ses influences venant du monde des jeux vidéo, avec des paroles en anglais. Cette fois, Chrome nous fait découvrir une Debbie Tebbs en français.

Quelques écoutes peuvent être nécessaires pour apprivoiser ce changement de dynamique, particulièrement pour ceux qui ont énormément écouté le précédent album, mais au final, l’artiste reste assez fidèle à sa ligne directrice. L’album démarre avec Petit clavier métallique, aux sonorités contenant un peu de rétro, mais surtout beaucoup de modernisme dansant. Cette mise en bouche réussie mène ensuite à Fantôme, qui profite d’un build-up rapide, mais très punché. Chapeau aussi aux quelques excellentes lignes de synthé, qui appuient drôlement bien la voix dans Stéréophonique.

Si la voix de Tebbs se fait plus entendre dans Stéréophonique, c’est encore plus vrai dans Analogie synthétique. Peut-être parce qu’on est habitué de l’entendre en anglais, mais les paroles prennent plus de temps à nous convaincre. Dans les voiles, incluant une collaboration avec Jacobus (Radio Radio), exploite quant à elle le cliché du croisement électro/hip hop. Faut quand même lui donner qu’elle est bien rythmée, et qu’on est loin d’abuser en n’incluant qu’une seule piste dans ce registre.

Rubicube surprend un peu : comme un mélange entre du beat de club et du retrogaming. S’ensuit Fragment, espèce d’interlude ambiante qui mène à la chanson-titre Chrome. Très chargée, limite agressive par rapport au reste de l’opus, elle contient néanmoins plusieurs éléments accrocheurs, surtout dans la seconde moitié. Pastel, un peu comme Analogie synthétique, laisse beaucoup de place à la voix, cette fois avec plus de succès, au point de se surprendre à essayer de fredonner le refrain. Cela nous amène déjà à la conclusion, Néon, un autres morceau fort de l’opus, pour ses arrangements chargés et plutôt enlevants. Une finale qui donne envie d’en entendre davantage!

L’album Chrome montre une belle évolution dans le travail de Debbie Tebbs, et un virage francophone somme toute réussi, même si cela demande quelques écoutes pour s’y habituer. Là où quelques points peuvent se perdre, c’est que certaines pièces sont un peu plus longues à décoller, ou contiennent des portions légèrement plus faibles. Autrement, on savait que cette musicienne d’expérience ne pouvait pas trop se tromper avec ce nouvel album qui est, dit-on, de près associé aux arts visuels. Ça promet en spectacle!

À écouter : Stéréophonique, Pastel, Néon

7,7/10

Par Olivier Dénommée

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s