Le sens perd le nord – Les DeadZ

Sorti le 16 février 2018

Le groupe Les DeadZ est né de l’union de cinq vétérans de la scène québécoise qui avaient envie de se lancer dans le punk rock en français. Après avoir lancé un premier single, le groupe s’est senti prêt pour enregistrer un premier EP, mais pas sans y inclure un cover aussi inattendu que réussi : plusieurs ont entendu et sont tombés sous le charme de sa relecture de Crier tout bas de Cœur de pirate dans la compilation Zoo 2 lancée par le label Slam Disques. La barre était haute pour le mini-album Le sens perd le nord.

Pour faire une histoire courte, j’étais complètement tombé sous le charme de cette chanson, l’écoutant (presque) autant qu’une fille en peine d’amour écoute du Adele. Les arrangements étaient solides et assumés sans ridiculiser l’essence de la chanson et y apportaient même une intensité supplémentaire qui était loin de déplaire. Bonne nouvelle que ce bijou se retrouve aussi dans le EP. Seul hic : c’est aussi la meilleure chanson du projet.

Pour ceux qui découvrent le groupe, commençons pas le début : c’est avec La fuite que le mini-album démarre. Début conventionnel : le tempo est dicté par les baguettes de batterie, puis on a droit à un riff punk énergique et convaincu. Le couplet commence avec une certaine douceur pour mieux exploser par la suite, et atteindre un sommet au refrain. En passant, refrain très réussi, même s’il est légèrement criard. Même en ne réinventant pas la roue, force est d’admettre que la chanson nous accroche un peu plus à chaque écoute.

En écoutant Procession fanatique, on entend une formule similaire, quoique plus intense du côté du refrain. Dans Triste indifférence, on tente un retour à la mélodie dans sacrifier l’énergie punk. Puis c’est là que la bombe Crier tout bas arrive, qui nous rappelle que Les DeadZ n’arrivent pas à atteindre le même niveau de mélodie dans le reste des chansons. Elle rend Triste indifférence, autrement une des meilleures de l’opus, bien pâle en comparaison.

Les deux dernières pièces, Le troupeau et Le silence est d’or, semblent miser sur une énergie punk plus agressive, et parviennent à un peu changer le mood, mais il est trop tard : on peut trop difficilement s’empêcher de comparer le EP entier à cette seule chanson qui porte ombrage au reste.

Cela met surtout en lumière le fait que le groupe est, pour le moment du moins, plus fort pour arranger une chanson puissante que pour en créer une de A à Z. On est sur la bonne voie avec La fuite et Triste indifférence, alors on espère franchement que le groupe continuera de peaufiner ses propres compositions jusqu’à ce que Crier tout bas devienne une chanson parmi tant d’autres. Dans tous les cas, mentionnons que le mini-album Le sens perd le nord reste fort agréable à écouter, malgré cette inégalité.

Il est notamment possible d’écouter l’album sur Bandcamp.

À écouter : La fuite, Crier tout bas

7,6/10

Par Olivier Dénommée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s