Chaos and the Calm – James Bay

Sorti le 23 mars 2015

C’est après une semaine seulement à couvrir la première partie des Rolling Stones que le jeune musicien britannique se fait remarquer par Republic Records, avec qui il signe. C’est deux ans après avoir été découvert par le label et plusieurs EP plus tard que James Bay lance en 2015 son premier opus, Chaos and the Calm.

Craving lance cet album folk rock avec beaucoup d’entrain. C’est très accrocheur et on sent une très forte influence pop dans ce son malgré tout très électrique. Le refrain est entraînant, autant que celui de la piste suivante, Hold Back the River. Même si la forme de base de la chanson est très différent de celui de Craving, on sent tout de même une ligne directrice plutôt claire : on n’aura pas droit à un album folk acoustique, c’est certain.

On poursuit avec le single Let It Go (rien à voir avec La Reine des Neiges, je vous assure!). Encore une fois, c’est la composition habile de mélodie qui nous frappe. Bien sûr, le tout ne serait pas aussi convainquant sans un arrangement instrumental d’excellente qualité, et c’est ce que nous propose James Bay du début à la fin de cet album. On peut même reconnaître une petite touche de soul quand vient le refrain et le chanteur, sans avoir la plus grande voix, se débrouille très bien et semble en parfait contrôle de son instrument.

Honnêtement, il est difficile de trouver quelque chose de négatif sur quoi que ce soit, ce qui est plutôt rare, n’est-ce pas? Que ce soit If You Ever Want to Be in Love, Best Fake Smile ou encore Get Out While You Can, chacun de ces morceaux expose un message différent même si la vibe principale reste la même et devient en quelque sorte la marque de commerce de James Bay. Difficile ensuite de passer sous silence l’excellente When We Were on Fire, l’une des pièces les plus énergiques et vibrantes du disque qui enchaîne déjà les succès les uns après les autres. Il faudra attendre à la mi-écoute du disque pour que le rockeur mette les breaks le temps de quelques ballades.

Move Together signe cette deuxième partie avec douceur et profondeur. Bay y va d’une ligne mélodique simple qui se marie bien avec un texte amoureux qui se résume en lui-même par son titre. Dans cette même idée, on retrouve Scars un peu plus loin qui présente un mélange du rock proposé en début d’album et de ce calme nouveau qu’il commence tout juste à nous faire découvrir.  Ce n’est qu’au refrain que le volume monte d’un cran pour reprendre de plus belle dans la dernière minute du morceau.

Plus que deux chansons avant la fin de l’opus. Tout d’abord Need the Sun to Break, incontestable coup de cœur pour toute personne un tant soit peu romantique. James Bay a trouvé la recette secrète du refrain accrocheur et l’exploite au maximum encore une fois, d’autant que ses textes sont assez bons et appuient ses musiques avec justesse. C’est avec Incomplete que se termine le tout avec beaucoup d’émotions mais rien de trop intense, du moins pas assez pour venir miner notre expérience finale.

Wow. C’est ce que l’on appelle un 48 minutes bien investi. Évidemment, un album pop folk bien assumé ne peut pas plaire à tous, mais toi, fan de musique populaire et sucrée, tu y trouveras ton compte et auras droit à des musiques de qualité qui continuent d’être agréables après plusieurs écoutes. Bonne écoute!

À écouter : Craving, When We Were On Fire, Need The Sun To Break

8,3/10

Par Audrey-Anne Asselin

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s