Bahamas Is Afie – Bahamas

Sorti le 9 août 2014

Le chanteur indie-folk canadien Bahamas a fait grand bruit avec son troisième album paru en 2014. Titré Bahamas Is Afie (le vrai nom de l’artiste est Afie Jurvanen), cet opus planant a remporté un Juno l’année suivante et s’est retrouvé dans les listes de fin d’année de plusieurs médias, parfois en première position. Bref, le succès a été au rendez-vous.

La formule est plutôt simple : l’album démarre doucement avec Waves, intégrant un à un différents instruments jusqu’à l’arrivée du refrain. C’est simple, mais toujours très efficace. On gagne enfin une intensité supplémentaire au pont, intensité qui sera bienvenue. S’ensuit la berçante Can’t Take You With Me, laissant cette fois place aux cordes et au lyrisme dans la voix du chanteur.

Bahamas décide de briser cette douceur dans Bitter Memories, intégrant des passes de guitare électrique pour s’en assurer. Cette chanson ne dure heureusement pas très long et on passe vite à All the Time, un morceau très lent comme seul Bahamas a le secret, mais aussi très chantant. La guitare fait son retour, mais est un peu mieux intégrée cette fois à l’ensemble. Les chansons brèves Stronger Than That et Half Mine suivent, offrant un build-up rapide dans le premier cas et petite brise de nostalgie dans le second.

All Time Favourite offre des incursions de chant choral, cachées derrières les lignes folk plus conventionnelles. Le résultat n’est pas désagréable, mais on aurait préféré une chanson qui assume beaucoup plus ce côté. Quant à Like a Wind, on retourne au lyrisme lent et berçant, mais pas sans quelques moments d’intensité. Ceux-ci sont d’ailleurs très bien amenés. Signe que la plupart des pistes sont très fortes, la suivante, Nothing to Me Now, ne faisant pourtant aucun faux pas, laisse froid parce qu’elle ne se démarque pas assez des autres. Dans un autre contexte, cette chanson se retrouverait probablement parmi les chansons phares.

Changement de mood complet avec la sympathique et énergique Little Record Girl. La plus country du lot, elle se prend tout de même extrêmement bien, en plus d’offrir un refrain simple qui reste en tête. C’est pour mieux revenir au doux folk de I Had It All, et au lentissime All I’ve Ever Known, pourtant aisément un des incontournables de l’album. On a vraiment droit à une fin d’album à la hauteur du reste qui totalise 42 minutes, preuve du grand talent du musicien.

Bahamas maîtrise la lenteur, mais sait aussi doser pour toucher à différents registres. Il aurait pu tomber dans le piège de ne proposer que des chansons interminables et déprimantes tellement elles sont lentes, mais a su doser. C’est ce qui fait la force de l’opus : le dosage quasi impeccable. Aucune chanson ne nous dérange profondément même quand son registre plaît moins, et plusieurs ont le potentiel de devenir une de nos chansons préférées. Ce n’est pas pour rien que Bahamas Is Afie a reçu autant d’éloges et que l’album restera probablement très longtemps sa référence face à tout album futur.

À écouter : Can’t Take You With Me, I Had It All, All I’ve Ever Known

8,2/10

Par Olivier Dénommée

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s