Le temps f33l – CRABE

Sorti le 20 mai 2016

Les hurleberlus de CRABE se sont fait une solide réputation dans les milieux punk marginaux, avec une musique souvent agressives, pas toujours facile à suivre, et sans jamais faire de concession. Pour faire une histoire courte, ce n’est pas avec l’album Le temps f33l que les choses ont changé, loin de là.

Vraiment ma pointe de pizza, première piste de l’opus, combine allègrement lourdeur, dissonances et agressivité/gueulage. Si vous n’êtes pas capable de supporter cette première piste, passez tout de suite votre chemin, même si le reste de l’album est plus digeste. Mais pour le bénéfice de la critique, poursuivons quand même l’écoute.

On a heureusement droit à un peu de mélodie avec la piste suivante, Ab Hoc & Ab Hac, ce qui n’empêche évidemment pas le duo de dévier un peu lorsque ça lui chante. Parlons aussi de la belle intensité qu’offre Ma collection de gicles et de ouaches. Ceci étant dit, cette piste arrive à contenir des longueurs même si elle ne fait même pas 3 minutes et demie : la seconde moitié aurait presque pu être coupée au complet et personne n’aurait pleuré.

Un oiseau qui tue dans mon rose profond offre quant à elle de belles surprises, après un début très agressif, presque violent. Il y a presque une vibe à la Corridor en seconde moitié, qui aide à rendre la chanson mémorable. On aimerait pouvoir en dire autant de Shelly, bien faire, mais qui ne frappe simplement pas aussi fort. C’est encore plus vrai dans Encourir mes passions. L’intérêt revient un peu à Ma chaudière atraxie, qui offre des montagnes russes d’intensité. On trouve juste de trop la portion de la dernière minute.

S’ensuivent Déjà bientôt la lumière puis Gin pays, qui nous rentre sérieusement dedans avec un punk assuré. On expérimente un peu plus avec Un verre d’eau les dents noires, et on semble se perdre dans le tempo et les explorations de Monet mon nom.  La fin arrive avec Se couper des photos, un morceau plus folk… dans la première moitié, avant de péter comme le reste!

On n’en a pas parlé, mais Le temps f33l renferme une certain poésie, certes loin d’être la plus accessible, qui complimente une musique déjà peu amicale pour l’oreille non avertie. Cela vaut la peine de mentionner que l’album a déjà remporté un prix au GAMIQ pour sa pochette. L’album a aussi reçu beaucoup de compliments à sa sortie, signe du succès de la démarche du duo hors de l’ordinaire. Est-ce que ça rend le tout plus acceptable pour l’auditeur moyen? Évidemment, non! Comme mentionné au début, plusieurs passeront leur chemin très rapidement, et c’est parfait ainsi. Pour les amateurs de musique plus corsée, il semble que vous tenez quelque chose qui devrait chatouiller quelques-unes de vos limites.

Découvrez l’album sur la page Bandcamp de CRABE.

À écouter : Ab Hoc & Ab Hac, Un oiseau qui tue dans mon rose profond, Déjà bientôt la lumière

7/10

Par Olivier Dénommée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s