Ste-Quequepart – Moonfruits

Sorti le 12 mai 2017

Alors que le nom du groupe laisse croire à un band anglophone, le duo folk franco-ontarien Moonfruits chante principalement en français. Après un premier EP en 2014, Moonfruits a proposé son premier long jeu, Ste-Quequepart, en 2017. Survolons ce qu’il y offre.

L’entrée en matière de veut plutôt douce et envoûtante : la chanson-titre met de l’avant les harmonies vocales du couple, simples mais redoutablement efficaces, sur une musique folk légère, qui gagne juste assez en intensité pour que cela reste intéressant. La barre est haut pour la suite.

La veuve poursuit avec un morceau mélancolique où le banjo appuie discrètement la voix apaisante de Kaitlin Milroy, mais où la montée se fait attendre. Elle ne viendra finalement qu’à la prochaine piste, Le maire, qui perd toutefois un peu de la finesse qui marquait les premières chansons.

Ermitage sert d’interlude, et est un magnifique clin d’œil à la fois au capitalisme et aux chants d’église. S’ensuit Big Bureau Blues, dirigé par l’approche country-blues d’Alex Millaire. Mais encore, on sent que Moonfruits est plus naturel dans les chansons plus mélodieuses que dans celle-ci. La légende de Roustabout sert ensuite de longue introduction (2 minutes) à Roustabout. La chanson marque pas une approche musicale très douce, mais une mélodie plus tendue et de plus en plus intense de la part de Millaire. C’est un compromis intéressant qu’on nous offre.

Francoeur ainsi que Les marins nous offrent pourtant un véritable retour à la douceur du début avec un petit folk berçant. Le dernier mot est laissé à Le nid, morceau plus énergique mais très chantant qui termine le tout sur une note amoureuse. Enfin, ça aurait dû se terminer sur cette note, et non ajouter une «toune cachée» d’un peu plus d’une minute qui n’ajoute rien de particulier à la finale.

Bien qu’on préfère certaines portions de l’album Ste-Quequepart, il faut admettre que l’opus est somme toute bien dosé et qu’il évite de n’offrir qu’une seule ambiance à travers tout l’exercice. On ne peut qu’encourager le duo à chanter le plus souvent possible ensemble, parce que c’est une de ses forces principales, et on souhaite que Moonfruits ait encore quelques facettes à nous faire découvrir dans un prochain enregistrement.

L’album est notamment disponible sur Bandcamp.

À écouter : Ste-Quequepart, Roustabout, Les marins

7,5/10

Par Olivier Dénommée

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s