Satie Slow Motions – Satie

Sorti le 29 mars 2018

La série Slow Motions s’intéresse aux œuvres pour piano de certains des plus grands compositeurs classiques. Associée à un certain Axel Gillison, cette série a vu paraître 10 albums numériques simultanément. Intéressons-nous à cette dédiée à Erik Satie, Satie Slow Motions.

Le titre de l’album laisse croire à des versions extrêmement lentes des œuvres de Satie, mais ce n’est pas tout à fait exact. On optera en fait pour des pièces déjà assez lentes parmi le large catalogue du compositeur qui aimait justement la musique lente. On a toutefois l’impression d’accentuer un tantinet cette lenteur, mais cela se dissipe assez rapidement en écoutant l’opus, peut-être grâce à la cohérence d’une piste à l’autre. Celui-ci commence d’ailleurs avec sa composition la plus célèbre, Gnossiennes: I. Lent. Les autres Gnossiennes (jusqu’à VI) suivront juste après, donnant des impressions de musique très spirituelle ou introspective. On apprécie grandement les versions de Gnossiennes: III. Lent, de Gnossiennes: IV. Lent et de Gnossiennes: V. Modéré.

S’ensuivent les 3 Gymnopédies, autres œuvres archi-connues de Satie. 3 Gymnopédies: II. Lent et triste et 3 Gymnopédies: III. Lent et grave sont les mieux rendues ici. Force est d’admettre que Je te veux, juste après, entre aussi dans les incontournables de cette compilation. C’est en fait la dernière à vraiment rester en tête : le reste meuble bien la compilation, mais toutes les pièces connues de Satie se concentrent essentiellement au début.

Ce long album (65 minutes) répond bien à son mandat de faire apprécier les pièces plus «Slow Motion» d’Erik Satie. Assez peu de surprises dans l’ensemble, mais il semble difficile d’avoir des surprises sans tomber dans le répertoire plus obscur et loin d’être aussi intéressant du Français. C’est donc une compilation honnête, qui répond à un besoin précis : si vous cherchez une musique au piano lente qui n’irrite pas les oreilles, ne cherchez pas plus loin.

Note éditoriale : cet album, ainsi que le reste de la série Slow Motions, est le produit du label X5, se spécialisant dans les compilations et les playlists sur les sites de streaming. Quant au pianiste, Axel Gillison, il ne semble pas exister en dehors de cette série qui a pourtant vu paraître, rappelons-le, 10 albums de plus d’une heure simultanément. On devine que cette compilation des morceaux lents au piano de Satie sert essentiellement à donner du temps aux «artistes» qui ont cédé leurs droits au détriment de ceux qui espèrent vivre de leur musique. Évidemment, cela fait sauver beaucoup d’argent aux entreprises comme Spotify qui n’auront pas leur à verser de droits. Il existe des dizaines de versions des mêmes pièces et ceux qui tiennent à encourager un vrai artiste ne manqueront pas d’opportunité de le faire. De toute façon, écouter des compilations sur des sites de streaming sont rarement de bons moyens d’encourager qui que ce soit à part les grosses corporations.

À écouter : Gnossiennes: I. Lent, 3 Gymnopédies: III. Lent et grave, Je te veux

7,3/10

Par Olivier Dénommée

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s