No More Wading – Jen Wood

Sorti le 17 novembre 1998

Après la fin du groupe Tattle Tale, l’Américaine Jen Wood a lancé un premier album solo en 1998, à l’âge de 22 ans, intitulé No More Wading. Elle offre pour l’occasion une musique minimaliste, essentiellement guitare-voix, où elle laisse entendre sa vulnérabilité en formule guitare-voix.

Ce minimalisme se traduit par une musique penchant vers le indie folk aux teintes sombres dans Aching Heart, première piste du long jeu. La voix de la chanteuse est envoûtante et semble à la fois forte et vulnérable. C’est assurément ce qui ressort le plus, surtout face à une musique qui est loin d’être au même niveau. Même constat pour Your Own Words, qui reprend une formule très similaire (même la durée de la chanson est à une seconde près), sans la même force dans la voix. On obtient toutefois un peu plus de succès dans la longue Draining, avec une mélodie qui semble plus familière qui ne fait pas de tort.

On accélère un peu le tempo pour Recharge, toutefois sans trop sacrifier les qualités mélodiques de l’auteure-compositrice-interprète. Cela ne dure pas très longtemps et on retourne dans les pantoufles de la lente mélancolie avec Bronze Wound, puis Bullet Box, sans grande saveur. On nous surprend avec une pièce instrumentale, Woven Into Gershwin, qui apporte une dimension différente à la musique de Jen Wood, mais qui n’arrive pas à nous faire oublier l’absence de sa voix, le véritable élément central de l’album. Quant au riff initial de One Fist to Fight, on croirait entendre Heart-Shaped Box de Nirvana. Heureusement, on arrive à s’en détacher assez rapidement, mais on dénote quelques longueurs par-ci par-là.

Jen Wood opte pour quelque chose de plus agressif pour Precious Light, et ce n’est pas sans qualités malgré sa longueur qui rappelle les limitations que représentent une telle instrumentation. Après une Run with Blood qui rate passablement sa cible, on conclut l’opus avec Imperfect, morceau aux tendances pop assumées, mais qui conviennent très bien à la voix de la chanteuse. C’était l’arme secrète qu’on gardait pour la fin et c’est franchement réussi.

L’album No More Wading est relativement long du haut de ses 48 minutes. Pour un album guitare-voix, il se défend quand même plutôt bien. On remarque que l’énergie a surtout été mise au début et à la fin de l’exercice, justement les moments clés d’un album. Même si les chansons centrales n’ont pas toutes le même intérêt, force est d’admettre que c’était un très bon premier album pour l’artiste de Seattle qui se plongeait pour la première fois, et avec peu de moyens, en solo. Cela a certainement tracé le chemin pour la suite de son parcours.

L’album peut être entendu sur la page Bandcamp de l’artiste.

À écouter : Aching Heart, Draining, Imperfect

7,6/10

Par Olivier Dénommée

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s