LISTE : 10 albums de François Pérusse, 10 chansons incontournables

D’expérience d’amateur de l’humour intemporel de François Pérusse, rédiger un top de ses sketches ou de ses chansons s’avèrera profondément ardu si on ne sait pas par où s’y prendre pour arriver à dresser une telle liste. Nous croyons que le compromis le plus sain est probablement d’y aller par album. Comme 10 tomes numérotés de L’album du peuple existent, voici peut-être le bon moment pour dresser une liste chronologique de ses chansons qui ont traversé le temps.

Tome 1 : Le reggae du pourri

Le choix a été difficile pour le premier tome, mais force est d’admettre que de mêler Jacques Brel à du reggae en faisant des références à d’autres tounes de la culture populaire et à la consommation de pot (on est en 1991, quand même!), il faut admettre que ça donne une petite longueur d’avance à Le reggae du pourri sur les autres chansons de l’album.

Tome 2 : Guy y’a un bicycle jaune

Le tome 2 est populaire pour ses nombreuses reprises qui marquent encore l’imaginaire québécois. Les deux les plus mémorables sont certainement Mon prof de gym et Guy y’a un bicycle jaune… Et comme Mon prof de gym est coupée pour partager sa piste avec T’es au bat boy, une chanson sur les Expos qui a, par définition, moins bien vieilli, on accorde le point à Guy y’a un bicycle jaune, une version complètement réussie et assumée. On vous met au défi d’écouter Me and Mrs. Jones sans entendre les paroles trafiquées.

Tome 3 : Pauvre Père Noël

Encore des concurrents très sérieux pour le tome 3. On aime beaucoup le côté très punché de Les Gypsys cognent, mais reconnaissons que Pauvre Père Noël est passée dans la culture populaire et qu’il n’est pas rare d’encore entendre des amateurs chanter en chœur ce classique durant le temps des fêtes.

Tome 4 : I’ve got the pawa

Haut la main, I’ve got the pawa remporte la palme ici pour une chanson qui transpire la sexualité et qui transcende les époques avec ses jeux de mots en français et anglais. Un bijou, rien de moins! Mention plus qu’honorable à Ton ancien chum, chanson impeccable qui semble avoir gardé un côté tout aussi intemporel pour ce qui est de l’insécurité des gars avec leur blonde.

Tome 5 : Snack-bar chez Raymond

Choix facile : de loin sa composition la plus marquante de tous les temps, Snack-bar chez Raymond s’est taillé une place particulière dans l’imaginaire québécois (et même français à travers une version outre-Atlantique). Cette chanson, chantante et terriblement accrocheuse, est devenue un hymne pour toutes nos cantines crasses. Les paroles nous rappellent ce plaisir coupable que nous avons de manger un gros burger juteux de gras et nous permettent, comme société, de nous assumer dans nos vices. Bref, un hit instantané qui a fait ses preuves. Seul bémol : le succès de Snack-bar chez Raymond fait automatiquement ombrage aux autres excellentes chansons comme Vive l’amour et la magnifique C’est belle une fille.

Tome 6 : Assis sur mon tracteur

Véritable incontournable du tome 6 (qui a, rappelons-le, un tracteur sur sa pochette), Assis sur mon tracteur regroupe un modernisme dans les arrangements tout en proposant des belles mélodies et des textes inspirés. Son plus proche concurrent est Panneaux de signalisation, qui fait de nombreux clins d’œil dans la région montégérienne et de Québec, deux endroits où a résidé Pérusse.

Tome 7 : Tu fababounes

À la radio, on a certainement entendu davantage Le soleil, hymne à cette étoile chaude qui finit tout le temps par revenir, mais impossible de passer sous silence le rock inspirant de Tu fababounes. Tous les codes y sont et on ne se surprend pas d’apprendre que Pérusse s’était séparé dans l’année qui a précédé la sortie de l’album.

Tome 8 : De rien

Le tome 8 a tenté un virage plus électro au niveau des chansons, qui a eu un effet plus mitigé sur son auditoire plus conservateur. Il s’est même lancé dans une chanson bourrée d’auto-tune avec Bad English. À nos oreilles, la plus belle compo de l’album est la simple De rien, en piano-voix volontairement maladroit mais ô combien authentique. Il y a beaucoup d’excellentes chansons de François Pérusse, mais rares sont celles qui donnent des frissons simplement grâce à son texte. Chapeau!

Tome 9 : Sur la conscience

Deux ans plus tard, Pérusse répète l’expérience du piano-voix avec Sur la conscience, anecdote sympathique qu’on devine racontée par son musicien de piano-bar impliquant une certaine Monique Chabot. Décidément, dans un monde où les arrangements deviennent de plus en plus complexes, la simplicité arrive encore à nous charmer.

Tome 10 : La quincaillerie

Malgré la relecture d’un classique de Pérusse (Bonne fête remix) qui se trouve plus tout sur l’album, la chanson qui ressort du lot est probablement l’anecdote de La quincaillerie, qui, espère-t-on, a été basée sur une expérience réelle de l’humoriste.

(Bonus) Album pirate : Dinde rôtie

Bon, on sentait qu’on ne pouvait pas mettre de côté L’Album pirate, paru en 2002. On est obligé d’avouer que Dinde rôtie, une (autre) toune de Noël, frappe dans le mille en s’imaginant des fêtes pornographiques. Décidément, il y a quelque chose de magique quand on combine l’esprit tordu de François Pérusse et le temps des fêtes.

Par Olivier Dénommée

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s