Lost Souls – Loreena McKennitt

Sort le 11 mai 2018

Cela fait un bail que la Canadienne Loreena McKennitt n’avait pas lancé de nouveau matériel. Son dernier album studio, The Wind That Shakes the Barley, est paru en 2010, mais le dernier opus où elle offrait du matériel original remontait même à 2006. Lost Souls est donc le résultat du retour plus qu’attendu de la chanteuse et musicienne qui a envoûté tant de gens à travers le monde avec ses mélodies.

Pour son retour en studio, McKennitt ne s’est pas cantonnée à un registre : si plusieurs de ses chansons tirent leurs influences de la musique traditionnelle celtique, elle s’amuse aussi un peu du côté du Moyen Orient. La ligne directrice est plus au niveau de l’ambiance, plutôt douce et enlevante tout au long de l’album.

Spanish Guitars and Night Plazas est un bon exemple de cette douceur, qui laisse beaucoup de place pour la voix toujours aussi irrésistible de la chanteuse. Malgré le titre, les guitares sont loin d’occuper tout l’espace, le partageant avec d’autres cordes, de la flûte et quelques percussions. Les arrangements explosent finalement dans la dernière minute et demie, pour notre grand plaisir. L’entrée en matière est plutôt convaincante. On reste sensiblement dans le même registre avec A Hundred Wishes, avec moins de surprises.

La valse Ages Past, Ages Hence mise cette fois davantage sur le piano et le violon pour ses arrangements. Elle est suivie pas la magnifique The Ballad of the Fox Hunter, berçante et très chantante. La mélodie a même quelque chose de presque pop, qui n’est pas pour déplaire. On passe ensuite à l’action avec l’instrumental Manx Ayre, un des morceaux les plus rapides de l’album. Une composition réussie, mais on dirait qu’il manque quelque chose sans la voix de Loreena McKennitt!

Petite déception : La Belle Dame Sans Merci n’est pas une chanson en français. Une fois cette information digérée, on peut apprécier la chanson pour ses qualités mélodiques et sa douce mélancolie qui nous emportent pendant plus de 6 minutes.

Ce n’est qu’à la septième piste, Sun, Moon and Stars, que Loreena McKennitt accepte de véritablement changer de registre, offrant une pièce arabisante où elle n’ose toutefois pas chanter. S’ensuit un morceau presque new age tellement il semble serein : Breaking of the Sword. Vers la fin s’ajoutent un chœur et de la cornemuse, ce qui change de mood, mais le tout demeure très bien dosé et finit bien la chanson. Cela nous même déjà à la finale, la superbe chanson-titre Lost Souls. Nul besoin de dire qu’elle a mis le paquet pour un build-up bien amené et des mélodies simples, mais fortes.

Il serait difficile de trouver de gros défauts à cet album, très bien orchestré avec des chansons fortes qui s’écoutent en boucle. Il n’y a aucune raison de ne pas apprécier cet album, sauf si on s’attendait à ce que la musicienne fasse un retour avec quelque chose de plus edgy. Loreena McKennitt n’invente évidemment pas la roue avec ce 10e opus studio, mais elle sait toujours viser dans le mille et faire le bien avec sa musique.

À écouter : The Ballad of the Fox Hunter, La Belle Dame Sans Merci, Lost Souls

7,7/10

Par Olivier Dénommée

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s