Angels of Death – Jennifer Castle

Sorti le 18 mai 2018

La Torontoise Jennifer Castle a eu droit à une certaine attention avec son précédent album, Pink City, qui s’était rendu sur la liste courte des prix Polaris en 2014. Pour arriver à se démarquer de nouveau, elle a trouvé comme concept d’enregistrer la majorité de son 5e opus dans une église du 19e siècle. Le titre, Angels of Death, prédit un album assez sombre et éthéré.

La contemplation de la mort est effectivement le thème central de cet enregistrement, et cela se traduit aussi très bien en musique. La première piste, Tomorrow’s Mourning, est une ballade sombre et berçante qui nous met immédiatement dans le bain. On apprécie aussi la voix pleine de fragilité de Castle qui colle parfaitement à l’énergie voulue. On change un peu de registre avec Crying Shame, aux sonorités plus country. La chanson aurait très bien pu dégénérer et se transformer en What’s Up (4 Non Blondes), mais on ne va heureusement pas jusque là, donnant des airs plus soul au refrain.

Texas et la chanson-titre prennent des airs de tounes de roadtrip, suivies de ‘We Always Change’ Reprise, Pt. 1. Ceux qui connaissent bien Jennifer Castle et sa musique reconnaîtront la reprise se sa propre chanson de 2008, arrangée avec beaucoup de cordes pour l’occasion. Dans la version vinyle de l’album, cet interlude est aussi la fin de la face A.

La seconde moitié de l’opus est initiée par la très country Rose Waterfalls, suivie de la discrète Grim Reaper. On a bien droit à quelques arrangements de cordes dans la seconde moitié, mais la chanson est si courte et longue à démarrer que ça passera inaperçu pour toute oreille non attentive. Stars of Milk aussi peine à bien se faire entendre, mais ses arrangements et sa mélodie valent pourtant le détour! La piste suivante est la plus longue de l’album et aisément une des plus fantomatiques : Tonight the Evening. Dans la première portion de cette chanson de 7 minutes, il y a une ambiance lourde appuyée par la guitare rythmique et les percussions qui ajoutent à l’intensité de la voix de Castle. La suite est beaucoup plus chorale et est drôlement réussie. Jennifer Castle aurait très bien pu retrancher une minute ou deux à sa chanson pour maximiser son efficacité, mais Tonight the Evening est loin d’être une longueur de fin d’album, un exploit en soi. L’album se terminera enfin avec ‘We Always Change’ Reprise, Pt. 2. On sent un début de quelque chose, mais la piste est trop courte pour l’assumer pleinement… et l’album se conclut ainsi, avec une légère impression que Jennifer Castle avait encore quelque chose à nous dire/chanter.

L’album Angels of Death est bref, seulement 34 minutes incluant deux interludes et une longue piste de 7 minutes. C’est une œuvre qui s’écoute donc assez vite et très bien malgré la prémisse assez sombre de l’album. En l’écoutant bien, on se rend compte qu’il y a beaucoup de lumière dans ses différentes chansons. Les arrangements aident aussi beaucoup à apprécier les messages que la chanteuse nous envoie. Et puis, sans surprise, on est à des années-lumière de l’album dépressif de Mount Eerie, A Crow Looked at Me, qui s’intéressait exclusivement au thème de la mort.

L’album Angels of Death est notamment disponible sur Bandcamp.

À écouter : Tomorrow’s Mourning, Texas, Angels of Death

7,8/10

Par Olivier Dénommée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s