Watching the Sky – Sheppard

Sorti le 8 juin 2018

Band familial basé en Australie, Sheppard tient naturellement son nom de ses membres, dont 3 sont frère et sœurs. Versant dans une musique aux tendance indie pop et aux références des années 90, le groupe a lancé son premier album en 2014, suivi d’un EP en 2017. Voilà que le groupe se sentait prêt à offrir son second véritable effort studio, Watching the Sky.

Si la pièce-titre sert en fait d’introduction à Coming Home, on sent ici une grosse inspiration de Coldplay, et particulièrement de son album Mylo Xyloto, du moins dans son utilisation énergique des chœurs. En tout cas, dès qu’on entend la chanson, on n’a pas l’impression d’entendre de quoi de nouveau tellement on se sent en terrain connu.

Sans arriver à mettre le doigt sur l’inspiration exacte, Keep Me Crazy, Love Me Now et We Belong semblent nous ramener une ou deux décennies en arrière, au grand plaisir des nostalgiques, assurément! Par contre, on se demande du coup si on a affaire à des chansons originales ou à un album hommage…

Edge of the Night marquera les esprits de plusieurs avec son usage de la technique du dialogue entre la basse et la voix plus aiguë (dans ce cas-ci le chœur), popularisée par Barbie Girl de Aqua. Une fois qu’on l’entend, il est trop tard et il sera difficile d’entendre autre chose que la célèbre ligne «Come on Barbie, let’s go party». S’ensuivent pourtant deux des morceaux plus émotifs de cet album qui se veut chargé d’optimisme : Live for You et Sorry. Même si ces pistes tranchent avec le reste par leur émotivité, il faut admettre qu’elles sont très bien exécutées et atteignent leur cible. Dommage, on coupe cet élan avec un émule de La Macarena, Choke.

De retour avec la musique upbeat avec des titres comme Call Me Up, Hometown, Castaways, et même Riding the Wave qui offre une pop plus «récente» dans son approche. On arrive à la finale avec I Was Lost, au bout de 47 minutes de pop sucrée, qui va ailleurs en offrant un petit folk pop fort sympathique. C’est toutefois insuffisant pour changer le mood du reste de l’album!

L’album Watching the Sky a la faiblesse de sa qualité : il est extrêmement accessible, s’adressant à un public en quête de chansons pop radiophoniques et aux airs familiers, mais peine justement à se démarquer de ce qui s’est fait depuis 25 ans. On aurait peut-être mieux accepté cet album s’il avait été présenté comme un hommage à la décennie 1990 et qu’on avait enlevé les rares intrus de la liste. Car, au fond, c’est de la nouvelle musique sans l’être.

À écouter : Watching the Sky/Coming Home, Sorry, Castaways

6,9/10

Par Olivier Dénommée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s