Head Over Heels – Chromeo

Sort le 15 juin 2018

Le désormais mythique duo montréalais Chromeo n’a plus besoin de présentation dans le créneau de l’électro-funk, sa marque de commerce depuis belle lurette déjà. Cela reste toujours un défi de se réinventer dans un registre aussi, précis, mais les gars tentent de mêler les influences funk, soul et RnB qui ont marqué leur adolescence dans un cinquième album studio, Head Over Heels.

Une chose ne change pas avec un nouvel album de Chromeo : sa capacité à faire venir l’été. La date de sortie n’est pas anodine et l’album espère apporter beaucoup de soleil dans toutes les soirées où ses chansons se feront entendre. C’est particulièrement le cas pour Must’ve Been (feat. DRAM), un morceau énergique et très mélodique qu’on risque d’entendre amplement durant la belle saison.

L’album ne manque pas de collaborations : dans la suivante, Don’t Sleep, on fait appel à French Montana et à Stefflon Don pour donner une touche plus hip-hop à la piste. C’est une question de goût, mais il nous semblait que la chanson, sympathiquement funky, n’avait pas besoin de ce featuring. Par la suite, avec One Track Mind, on a senti un petit rapprochement avec la musique de The Weeknd, du moins dans les premières secondes. L’idée d’une chanson moins flamboyante n’est pas mauvaise, mais c’est aussi un peu ça, la magie de Chromeo, des chansons explosives! Count Me Out fait beaucoup de bien avec ses sonorités pop nous ramenant droit aux années 80. Mention également à l’extrait dansant Bad Decision.

L’excellent interlude Right Back Home to You nous mène doucement à la seconde portion de l’album, à commencer par Just Friends. Celle-ci manquait un peu de «oomph», jusqu’à l’arrivée de Amber Mark qui lui a donné une twist intéressante. Mais on retient surtout Juice, juste après, pour sa mélodie entraînante et son rythme contagieux à la Capital Cities. Slumming It aussi entre dans les bons coups de l’album, avec une production qui nous rappelle vaguement les albums disco de Chilly Gonzales.

En dernière portion d’album, on a droit à Bedroom Calling, en deux parties totalisant plus de 6 minutes et mêlant deux ambiances plutôt distinctes mais complémentaires. On invite d’ailleurs The Dream à la fête dans la seconde partie. Cela nous mène à la conclusion, Room Service, qui offre un beau rythme et un refrain réussi, mais sans atteindre le même niveau que les incontournables de l’opus. Sa longueur (5 minutes) la rend aussi un peu moins punchée que d’autres pistes malgré toutes ses qualités.

De l’album Head Over Heels, on retient beaucoup de chansons estivales, dont plusieurs avec un beau potentiel radiophonique. On se demande même si une des chansons n’a pas le potentiel de devenir une des chansons de l’été 2018. Puis, franchement, on préférerait de loin écouter Must’ve Been sur toutes les radios que tous les Despacito de ce monde.

À écouter : Must’ve Been, Juice, Bedroom Calling pt. 1/Bedroom Calling pt. 2

7,9/10

Par Olivier Dénommée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s