Chasing Clouds – Camaromance

Sorti le 6 avril 2018

Le troisième album de Camaromance, projet indie folk mélancolique de Martine Groulx, remontait à il y 8 ans déjà. La sortie de son opus Chasing Clouds, à la suite de différents deuils qui l’ont poussée à retourner à l’écriture puis en studio. Le résultat est un album magnifique et très intime.

Cette intimité s’entend dans les thèmes, mais aussi dans les arrangements, signés Pierre Fortin. On lui doit aussi la composition de la première et de la dernière piste, les instrumentales Moon et Stars. Disons qu’on nous installe bien confortablement dans cette ambiance presque apaisante. La suite est cohérente : Marguerite offre un folk où la voix de Groulx est bien en évidence, mais qui laisse aussi place à de beaux arrangements de cordes pour ajouter à l’émotion. Car l’émotion sera bel et bien au rendez-vous tout au long de cet enregistrement!

Notons du même coup que la plupart des titres sont des noms de personnes. Cela aide à rendre le tout encore plus personnel. L’extrait Audrey suit Marguerite, avec un peu plus de rythme. C’est réussi, mais on préfère particulièrement le côté mélancolique de Camaromance, plus viscéral.

Mentions à la belle construction de Charles, au je-ne-sais-quoi qui nous garde captifs sur Antoine, à la presque ensoleillée Koro, à la jolie douceur de Jonathan, à l’efficace montée de M (malgré sa courteur : on en aurait voulu plus!) et, pourquoi pas, à David, désarmante de simplicité.

Mention également à Martine, seule chanson en français de cet opus anglophone. Évidemment, ça surprend la première fois qu’on l’entend à cause du changement d’ambiance entre anglais et français, mais cette piste entre tout de même bien dans la ligne directrice de l’opus.

L’album Chasing Clouds n’est pas très long – 36 minutes –, mais il s’écoute tout seul à répétition comme tout bon album de indie folk. Il possède aussi le même défaut, de ne pas être optimal à écouter lors d’une belle journée chaude et ensoleillée, antonyme de mélancolie. Même le titre implique en quelque sorte qu’il vaut mieux y avoir au moins quelques nuages dehors pour bien se mettre dans l’esprit de la musique de Camaromance. Mais en général, pas le choix d’être d’accord avec l’affirmation que l’album est d’une grande intimité, qui le rend du coup très authentique.

L’album peut être écouté sur Bandcamp.

À écouter : Marguerite, Jonathan, David

7,7/10

Par Olivier Dénommée

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s