Answer That and Stay Fashionable – AFI

Sorti le 4 juillet 1995

Quand on y repense, 1995 semble infiniment loin maintenant. À l’époque, AFI voulait plutôt dire Anthems for Insubordinates et avait lancé son premier long jeu, Answer That and Stay Fashionable, le 4 juillet. Le groupe en était aussi un de punk hardcore à l’époque et misait sur une énergie brute loin d’être aussi raffinée que ce qu’on en retient aujourd’hui. L’histoire de AFI est d’autant plus intéressante à suivre. Penchons-nous donc sur ce premier enregistrement studio, premier d’une longue série.

On y découvrait un jeune groupe punk plein d’humour et qui semblait loin de se prendre au sérieux. La longueur des pistes correspondait aussi à la tradition punk, tournant généralement autour de 2 minutes, mais ça donne des résultats intéressants et punchés. La production par Tim Armstrong (Rancid) sur quelques pistes n’est peut-être pas complètement étrangère à cette approche.

Two of a Kind, I Wanna Get a Mohawk (But Mom Won’t Let Me Get One), Brownie Bottom Sundae, Kung-Fu Devil, Your Name Here, Ny-Quil et Don’t Me Me Ill font toutes partie de ces chansons qui restent en tête et qui se défendent plutôt bien dans un compilation punk. Mention au tout de début de The Checkered Demon, un «Va te faire foutre» qui a fait sourire les fans francophones de la formation américaine. Un petit peu moins de flafla (des intros de chansons plus ou moins longues qui ajoutent à l’ambiance, mais qui nous empêchent d’apprécier immédiatement la plupart des compositions clés de l’album) aurait rendu l’expérience encore plus efficace, selon nous. Toutefois, ça nous situe bel et bien dans l’attitude punk des débuts de AFI.

Selon la version de l’album, une petite variation existe : attardons-nous à la version rééditée, plus commune, qui inclut le cover Open Your Eyes (de The Circus Tents) et High School Football Hero, qui offre une fin encore énergique, mais rien d’assez fort pour détrôner les meilleurs moments de l’album d’une trentaine de minutes. Même si on n’a pas droit à une finale en force, l’opus demeure très représentatif de l’esprit de AFI à cette époque et demeure une très belle pièce d’anthologie.

À écouter : The Checkered Demon, Kung-Fu Devil, Don’t Make Me Ill

7,3/10

Par Olivier Dénommée

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s