Dance on the Blacktop – Nothing

Sorti le 24 août 2018

Formé en 2010, le groupe Nothing porte mal son nom, lui qui se laisse inspirer par tout. C’est encore plus vrai si on regarde son troisième album, Dance on the Blacktop, où il se laisse imprégner par tous les courants des années 90, autant du rock alternatif, du shoegaze que du post-punk. Les étiquettes dream pop et grunge peuvent aussi être vues sur la page Bandcamp de la formation, et celle de noise rock, ne semble pas bien loin non plus. Bref, ça fait pas mal de stock à mélanger pour un album de 9 titres seulement!

On ne perd pas de temps dès Zero Day : le groupe nous assure que malgré certains genres plus «légers» dans la liste, c’est la lourdeur qui prédomine. Les guitares saturées seront bel et bien à l’avant-plan pendant tout l’enregistrement et, quelque part dans le mix, on retrouvera la voix de Domenic Palermo, plaintive et planante à la fois. Le mélange n’est évidemment pas facile à digérer dès la première écoute, mais on se fait très rapidement à ce clash d’univers somme toute très bien assumé.

Blue Line Baby laisse un peu plus de place au côté léger de Nothing, entrecoupé de portions musicales plus lourdes, notamment au refrain. L’album complet semble être une quête pour le dosage parfait et quelques pistes parviennent à retenir l’attention mieux que les autres. Mentionnons You Wind Me Up (qui offre une ligne de guitare rappelant exactement la mélodie du refrain de Old Money de Lana Del Rey, mais qui est un des morceaux très rythmés et accrocheurs de l’album), Us/We/are (une des chansons plus épurées), Hail on Palace Pier (pour la force et l’efficacité de son build-up) et la longue The Carpenter’s Son (c’est la seule à dépasser les 7 minutes, et le moment où Nothing propose sa musique la plus sereine de tout l’album malgré la batterie constante à en devenir un peu stressante à la longue). La finale (Hope) In Just Another Word with a Hole in It boucle la boucle avec la première piste, mêlant habilement les différentes facettes du groupe. En fait, l’album en soi est très solide, et une fois l’univers apprivoisé, peut presque s’écouter en boucle tant que vous n’êtes pas du genre à trop vous laisser influencer par ce que chante le groupe. Car bon, le niveau de joie de vivre de Nothing est comparable à celui de Safia Nolin.

Dance on the Blacktop est un sacré exercice qu’a tenté Nothing, et il faut admettre que c’est franchement réussi. Une fois la première écoute passée, il est facile de comprendre pourquoi sa sortie a fait un petit buzz dans le milieu. L’automne arrive et cet album a toutes les raisons de faire partie de sa soundtrack officielle, de préférence lors d’une journée très grise et pluvieuse. On lance l’idée comme ça!

Cet album peut être écouté sur Bandcamp.

À écouter : Blue Line Baby, You Wind Me Up, Hail on Palace Pier

8,0/10

Par Oliver Dénommée

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s