Band on the Run – Wings

Sorti le 5 décembre 1973

Après la fin de l’aventure des Beatles, Paul McCartney a été plus que prolifique, lançant des albums en solo, en duo avec sa femme Linda et avec son groupe Wings. Les premiers enregistrements ont été relativement mal accueillis et on se demandait ce qui était advenu du génie créatif de l’auteur-compositeur. La magie semble revenue lors du troisième album avec son groupe (et cinquième post-Beatles), Band on the Run. Enfin, un album salué par la critique et adoré par la population, qui représente aujourd’hui le plus grand succès commercial de McCartney après 1970.

L’immense succès de la chanson-titre Band on the Run a évidemment donné un bon coup de pouce à l’album. Il faut admettre que le morceau est entraînant à souhait et a somme toute très bien vieilli, 45 ans plus tard. L’autre chanson de l’opus à avoir connu un certain succès est Jet, chanson énergique au refrain particulièrement entraînant. Il semble bel et bien que la magie de Paul McCartney est effectivement revenue au moment d’enregistrer l’album!

Le reste de l’opus contient d’autres pistes réussies. Plus douces, on se laisse bercer par la sympathique Bluebird, la ballade Let Me Roll It et le folk de Mamunia, puis on se surprend à taper du pied sur Mrs Vandebilt (même si l’enregistrement a moins bien vieilli sur celle-ci) et sur No Words (qui finit trop vite et avec un fade out!). Fidèle à lui-même, McCartney et ses acolytes ont aussi signé l’étrange Picassos’s Last Words (Drink to Me) et concluent avec Nineteen Hundred and Eighty Five. Ce morceau éclaté est très entraînant et contient des portions plus chorales, avant de se conclure avec un extrait de la chanson-titre. Au fond, pourquoi pas?

Sans être un album parfait, loin de là, Band on the Run est inspiré et a quelque chose d’intemporel si on pense à toutes les chansons modernes qui reprennent les mêmes codes et la même facture sonore. Son succès est pleinement mérité et même si on ne l’écouterait pas nécessairement en boucle, il demeure bon de l’écouter pour le plaisir de se souvenir à quel point Paul McCartney a influencé nombre d’artistes contemporains avec ses compositions.

À écouter : Band on the Run, Jet, Bluebird

8,2/10

Par Olivier Dénommée

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s