The Other Side – Tord Gustavsen Trio

Sorti le 31 août 2018

La dernière fois que le pianiste norvégien Tord Gustavsen avait enregistré un album avec son trio, c’était en 2007, avec Being There. Depuis, il a joué avec son «ensemble» (sur Restored, Returned) et en quatuor, puis plus récemment en collaboration avec Simin Tander et Jarle Vespestad (sur What Was Said). C’est donc un grand retour à la formation «de base» qu’il nous fait avec The Other Side, avec une certaine évolution dans le son.

Notons aussi un léger changement dans la composition du trio : si le batteur Jarle Vespestad, fidèle collaborateur depuis longtemps, est toujours de la formation, le contrebassiste Harald Johnsen est décédé en 2011 à la suite d’une maladie. C’est Sigurd Hole qui prend sa place dans le nouveau trio.

Le souvenir qu’on garde du Tord Gustavsen Trio était un jazz scandinave assez introspectif et plutôt doux, et The Tunnel est en plein dans ce registre. On remarque que la batterie est peut-être un peu trop forte dans le mixage, mais en général, on se laisse emporter par la pièce. Une très bonne adaptation de Kirken, den er et gammelt hus, composition du compositeur norvégien Ludvig Mathias Lindeman, suit. Dur à imaginer que la pièce ait été composée il y a 150 ans tellement elle colle bien au mood smooth jazz! À noter que Gustavsen pige de nouveau dans le classique en reprenant trois compositions associées à Jean-Sébastien Bach (Schlafes Bruder, Jesu, meine Freude/Jesus, det eneste et O Traurigkeit, la seconde étant de loin la plus réussie de l’exercice) et en enregistrant Ingen Vinner Frem Til den Evige Ro (du registre traditionnel)… Cette dernière est toutefois à oublier, manquant la finesse qu’on retrouve dans les autres pistes.

Les pièces de Gustavsen visent aussi assez généralement dans le mille et tous les musiciens arrivent à apporter leur couleur tout en gardant en tête la mélodie. C’est particulièrement réussi dans Re-Melt et la pièce-titre The Other Side. La finale Curves, bien qu’elle soit une compo originale, prend des airs de standard jazz dans son approche. Une fin somme toute surprenante, mais pas désagréable du tout.

L’album The Other Side combine deux énergies : le smooth jazz où la mélodie au piano est doucement appuyée par la basse et la batterie, et un jazz plus chargé et chaotique où tout le monde veut voler la vedette. Le premier registre est mieux représenté à travers l’opus, mais la présence de pièces plus corsées pourra en déranger quelques-uns qui cherchent un jazz ambiant et discret. Ainsi, on ne recommanderait pas de l’écouter intégralement dans ce contexte. Sinon, dans l’ensemble, cela reste un autre très bon enregistrement pour Tord Gustavsen où il a su faire preuve une fois de plus d’un assez bon dosage, si ce n’est d’un léger débalancement au niveau du mix qui empêche de pleinement apprécier certaines mélodies

À écouter : Kirken, den er et gammelt hus, Jesu, meine Freude/Jesus, det eneste, The Other Side

7,5/10

Par Olivier Dénommée

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s