Egypt Station – Paul McCartney

Sorti le 7 septembre 2018

Sir Paul McCartney est considéré par beaucoup comme le plus grand songwriter de notre ère, lui qui marque les esprits depuis 1960 avec ses compositions, autant avec les Beatles qu’en solo. Son 18e album solo (17e si on exclut celui avec sa première épouse Linda), Egypt Station, nous rappelle pourquoi le musicien touche autant les gens même à 76 ans.

Egypt Station a été décrit comme un album concept par le musicien, qui a fait appel à Greg Kurstin – associé à presque toutes les vedettes pop contemporaines – pour la production. Chaque piste est une «station» différente, justifiant les grandes différences d’énergie d’une chanson à l’autre. Même si on a l’impression que tout a déjà été composé, McCartney arrive pourtant encore à nous surprendre à quelques reprises!

Après son intro Opening Station, McCartney nous balance un de ses singles, I Don’t Know. On reconnaît son style d’écriture remontant à l’époque des Beatles, mais il y a quelque chose de plus moderne, ou plutôt intemporel, qui fait que cette nouvelle chanson peut résonner aujourd’hui. L’autre premier extrait (les deux ont été dévoilés en même temps), Come On to Me, correspond davantage au côté rock qu’il assume depuis des années. Cette piste est suivie de l’intemporelle Happy with You, qui frappe avec la sincérité des paroles qui viennent de Paul McCartney, mai qui pourraient représenter beaucoup de gens qui ont changé après avoir découvert l’amour. Une chanson toute simple, mais aisément une des plus fortes de l’opus.

Après une Who Cares énergique mais pas marquante outre mesure, Fuh You nous prend de court : McCartney verse dans le indie pop maintenant? La chanson aurait très bien pu être chantée par un jeune chanteur pop dans à l’approche de la vingtaine, mais voilà, on a bel et bien affaire à une légende de 76 ans. La chanson surprend aussi pour son double sens : «Fuh» pourrait être un substitut de «For», mais dans le contexte des paroles, semble plutôt se rapprocher de «Fuck». À vous de faire votre interprétation!

Confidente revient ensuite à un folk plus près de Happy with You, et est suivie de People Want Peace. Musicalement, on tente une approche pop rock moderne, mais on n’a pas la même magie que Fuh You. S’ensuit une jolie ballade piano-voix comme Sir Paul sait les faire, Hand in Hand. S’ajoutent au mix quelques cordes et de la flûte, histoire d’ajouter à l’émotion. Cliché, mais toujours aussi efficace!

La prochaine chanson à attirer l’oreille est Back in Brazil. Pièce énergique, légère et très moderne, elle nous fait une fois de plus oublier l’âge de son interprète. Do It Now, juste après, retente le coup de la ballade sentimentale, mais avec un build-up convaincant qui nous fait presque oublier que ce n’est qu’une ballade parmi tant d’autres sur ce même album. D’autres pistes, comme Caesar Rock et Despite Repeated Warnings, essaient un peu trop d’impressionner la galerie avec des morceaux plus complexes. Même si l’album est déjà très éclectique, on sent que cette facette de la musique de McCartney n’était pas nécessaire dans Egypt Station.

La fin approche avec Station II, menant à la conclusion Hunt You Down/Naked/C-Link, long morceau de pop rock dans la même lignée que les précédentes chansons. L’album est en général réussi, mais on se demande si Paul McCartney n’a pas légèrement étiré la sauce avec les dernières pistes de l’opus, moins accrocheuses que ce qu’on entend au début et au milieu de l’œuvre.

D’autres critiques ont souligné l’exploit que peu de compositeurs arrivent encore à écrire de belles chansons après 60 ans. Il est vrai que beaucoup de belles chansons se trouvent sur Egypt Station, et à plusieurs reprises Sir Paul nous rappelle qu’il est encore capable d’être très actuel.

À écouter : I Don’t Know, Happy with You, Fuh You

7,8/10

Par Olivier Dénommée

2 commentaires sur « Egypt Station – Paul McCartney »

  1. « D’autres pistes, comme Caesar Rock et Despite Repeated Warnings, essaient un peu trop d’impressionner la galerie avec des morceaux plus complexes. »

    Pas d’accord, je préfère largement un morceau élaboré / riche / complexe comme Despite Repeated aux tubes habituels format radio dont Fuh You est la parfaite incarnation. Je n’y vois aucune prétention, juste l’ambition de faire une piste qui sorte un peu des sentiers battus en se démarquant de l’éternel schéma couplet / refrain / etc. Si je fais l’analogie avec Radiohead, c’est un peu comme retenir Creep en passant à côté de Paranoïd Androïd.
    Après les goûts et les couleurs… :)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s