Les choses extérieures – Salomé Leclerc

Sorti le 12 octobre 2018

L’auteure-compositrice-interprète Salomé Leclerc faisait partie de celles dont j’ai très souvent vu passer le nom, mais dont je ne connaissais rien de sa musique, malgré des critiques très élogieuses de ses deux premiers albums. Avec la sortie de son troisième opus, Les choses extérieures, c’était le temps de se mettre à jour un peu, d’autant plus que la chanteuse et musicienne a pris de l’assurance depuis sa dernière sortie il y a 4 ans, signant la réalisation de l’opus en plus d’y jouer la majorité des instruments elle-même.

Elle installe l’ambiance dès les premiers instants de Entre ici et chez toi, offrant une musique plutôt chargée, mais sans faire ombrage à sa voix juste assez éraillée pour capter l’attention. La chanson inclut aussi quelques belles montées en intensité (merci aux ajouts de cordes, notamment), qui seront nombreuses à se faire entendre à travers l’album. La chanson nous initie somme toute assez bien à ce qui nous attend pour la suite!

Mélodiquement, Salomé Leclerc frappe plus fort avec Dans une larme ou encore Le mois de mai, appuyéee par une instrumentation drôlement efficace en prime, ou encore avec les planantes Ton équilibre et Chanson #7 (Les choses extérieures). Elle tente aussi la ballade piano-voix avec La fin des saisons ou celle guitare-voix dans le cas d’Entre parenthèses, mais il semble manquer quelque chose à ces pistes, beaucoup moins habillées que les autres. L’option minimaliste n’est pas celle qui rend le plus justice au talent de Salomé Leclerc dans cet album.

Leclerc y va aussi de morceaux plus corsés, comme Nos révolutions où elle mise sur un certain build-up et même un peu de distorsion. Les effets font leur retour vers la fin de l’album, dans Des plumes et des ombres, mais restent somme toute discrets. Cette dernière mène à Pour te garder, finale du bref album à l’immense potentiel de conclure avec un grand coup, mais qui cesse sa montée sans aller au bout de l’idée. Dommage, elle termine sur cette petite déception!

L’album Les choses extérieures est en général très réussi, confirmant le talent de Salomé Leclerc comme chanteuse, musicienne et compositrice. Il manque peut-être bien quelques épices dans certaines chansons, mais disons que la moitié de l’album est excellente et que l’autre demeure intéressante, quoique moins mémorable. Gageons quand même qu’une version en live rendra bien mieux justice à certaines pistes plus «faibles». Et promis, on gardera dorénavant les oreilles ouvertes pour la prochaine offrande de Salomé Leclerc.

À écouter : Dans une larme, Ton équilibre, Le mois de mai

7,7/10

Par Olivier Dénommée

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s