Shake the Spirit – Elle King

Sorti le 19 octobre 2018

Trois ans après sa première sortie, la chanteuse Elle King est retournée en studio pour enregistrer du nouveau matériel. Celle qui s’est fait remarquer pour son vaste registre musical poursuit dans cette lignée avec Shake the Spirit, où elle mélange allègrement toutes sortes d’influences allant du rétro (autant le rock’n’roll que la soul) à la musique indie très actuelle.

Talk of the Town nous propose une entrée en matière nous rappelant parfaitement Metric. La seule véritable différence est la voix plus grave de King. Voix qui sera encore plus mise en valeur dans Baby Outlaw, morceau rétro beaucoup plus lourd où on apprécie son côté rocailleux, ainsi que dans Shame, premier extrait de cet album. Notons quand même que sans son refrain catchy, cette dernière n’aurait pas grand-chose à offrir.

Elle King y va d’un morceau rétro qui se veut plus discret, Man’s Man, avant de revenir à un son plus actuel, quoique trop minimaliste, dans Naturally Pretty Girls – enlevez le drum, et il ne reste plus grand-chose dans cette chanson… dommage! En fait, rien ne nous saute véritablement aux oreilles avant Good Thing Done, la première de l’album qui arrive en plein milieu et qui vient changer le mood. À mi-chemin, on se dit que Shake the Spirit est plus un exercice de différents styles qu’un album de chansons qui se tiennent. Il ne reste que 6 pistes pour nous convaincre du contraire!

Runaway vient d’ailleurs au bon moment, nous livrant des arrangements intéressants (encore du côté rétro) mettant bien en valeur ses mélodies réussies. Mais le reste de l’album n’a que peu à offrir à part de belles ballades, Sober puis Chained (avec Cameron Neal). Mentionnons quand même la grande finale de l’opus, Little Bit of Lovin’, hymne soul réussi dotée d’une portion parlée non nécessaire, mais réussie dans l’ensemble.

Reste que niveau cohésion, il manque définitivement quelque chose. Elle King ne manque pas de talent, mais n’arrive ici qu’à créer de bonnes chansons, sans leur donner une pertinence dans le contexte d’un album. Pour un opus d’une durée de 50 minutes, on aurait préféré un peu de cohésion, mais dans un monde où les playlists ont plus d’importance que les albums, on peut difficilement la blâmer d’avoir enregistré Shake the Spirit comme tel.

À écouter : Talk of the Town, Baby Outlaw, Chained

7,3/10

Par Olivier Dénommée

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s