La métaphysique de l’ordinaire – Maxime Auguste

Sorti le 26 octobre 2018

L’auteur-compositeur-interprète Maxime Auguste en a fait du chemin depuis la première fois qu’on a parlé de lui! À l’époque, il lançait le mini-album Prendre la fuite en 2015, un premier exercice réussi qui est maintenant suivi d’un tout premier album complet, La métaphysique de l’ordinaire, où il s’entoure de certains des meilleurs musiciens montréalais pour donner vie à ses chansons folk-country parfois ambitieuses, parfois dépouillées.

Dès Cyclorama, on peut apprécier son approche particulière : il aborde des thèmes communs, mais avec un regard poétique réussi, sur une musique initialement très minimaliste, mais les cordes se mettront bien vite de la partie, ajoutant une couche d’intensité au propos du chanteur. Plus discrets dans les couplets, les arrangements de Sophie nous rappellent qu’ils sont surtout là pour appuyer les paroles d’Auguste qui demeurent bel et bien à l’avant-plan : on comprend ce choix artistique, bien qu’il soit un peu dommage de ne pas pleinement tirer profit de cette belle brochette de collaborateurs!

Les quelques chansons suivantes confirment cette tangente folk relativement épuré, mais en laissant un espace supplémentaire aux chœurs qui ajoutent une belle profondeur aux mélodies simples de Maxime Auguste. Mais musicalement, les plus mémorables sont possiblement Mon équipe, Escale nocturne ou encore la (presque) finale À l’ombre de Turcot. On apprécie aussi Cinéma l’Amour pour sa simplicité désarmante et son côté imagé indéniable, grande force de l’artiste.

Mentionnons que cet opus de 13 pistes renferme de très courtes pièces, dont la dernière, Survie et déclin d’un auteur-compositeur-interprète (fatigué et indépendant). En 30 secondes, on comprend le message que Maxime Auguste envoie, peut-être au nom de tous les artistes indépendants, que le métier n’est pas qu’une partie de plaisir. Disons que ça ne finit pas l’album sur une note très réjouissante!

Depuis 2015, Auguste a beaucoup évolué, s’entourant des bonnes personnes et peaufinant la plupart de ses arrangements pour ne pas se limiter au créneau «chansons à texte sur fond folk». Tout de même, certains le comparent à Stéphane Lafleur (Avec pas d’casque) et à Philippe B, qui jouissent aujourd’hui d’une certaine reconnaissance : on ne peut que lui souhaiter d’obtenir le même succès dans les prochaines années.

L’album peut être écouté sur la page Bandcamp de l’artiste.

À écouter : Cyclorama, Escale nocturne, À l’ombre de Turcot

7,6/10

Par Olivier Dénommée

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s