Fidèles aux postes – Les Fils du Facteur

Sorti le 20 avril 2018

Sympathique groupe fondé en Suisse, Les Fils du Facteur propose une musique tantôt acoustique, tantôt pop, avec un soin particulier dédié aux paroles, souvent très humoristiques. Les jeux de mots vont jusque dans le titre de son récent album, Fidèles aux postes. Petite découverte à faire de notre côté de l’Atlantique!

Quand tu t’en vas nous introduit à l’album sur un air folk rock réussi. Le sujet n’est pas inédit, une histoire d’amour terminée… qui ne l’est peut-être pas tant que ça, mais c’est bien amené. «Je peux être tout seul si je veux, mais je veux être tout seul qu’avec toi.» Au fond, ça a même plus de profondeur que pas mal de chansons d’amour! Notons tout de même que le thème de l’amour reviendra à quelques reprises à travers l’opus, notamment avec Le diable et la diablesse et particulièrement la mélancolique J’dis pas qui frappe par son choix des mots. C’est là qu’on apprécie pleinement l’écriture des Fils du Facteur!

On poursuit notre écoute avec un clin d’œil comique fait aux États-Unis, auquel ce groupe européen n’a visiblement pas envie de s’associer dans Ch’uis pas Américain (et franchement, on les comprend). On aussi droit à une réflexion de société plutôt universelle avec De l’eden à l’enfer ou encore L’envers des autres, en référence à la célèbre citation «L’enfer c’est les autres». Cette critique atteint son sommet avec Faites tout péter, nous lançant le message que tant qu’à foutre le bordel dans le monde au-delà du point de non-retour, autant l’assumer pleinement et achever l’humanité dès maintenant. Drastique, mais pas aussi bête qu’on peut le penser!

Bonne nouvelle, on change de sujet avec Un tube! Le thème n’est pas nouveau non plus : plusieurs artistes ont écrit une chanson pour dire comment écrire une chanson à succès, et Les Fils du Facteur tentent à leur tour leur chance. Et c’est plutôt réussi, même si on décrit cette chanson comme «moitié rock moitié électro» alors que les arrangements tournent davantage autour du pop rock. Cela n’empêche pas de poursuivre avec Boulot d’con, une chanson qui parle de la dure réalité d’être chanteur sur une musique particulièrement familière. Mais on conclut l’opus avec plus de sérieux avec la plus douce La vie, la mort tout ça qui gagne une belle intensité à la toute fin. Excellent choix de clôture d’album!

Les Fils du Facteur ratisse large avec Fidèles aux postes, traitant tantôt de sujets universels, tantôt de critiques de société ou encore de sujets plus légers. C’est assez éclaté pour un album de 11 pistes, mais il y a quand même une certaine cohésion qui mérite d’être soulignée. Le grand défi pour ce groupe suisse est de se démarquer ici, puisqu’on ne manque pas d’excellents musiciens dans un créneau similaire, mais son grand avantage est son approche réussie avec les mots comme on sait si bien s’y prendre du côté européen. Surtout, c’est une belle occasion d’aborder des sujets souvent usés avec un regard plus neuf. Ça mérite bien une oreille!

À écouter : J’dis pas, Un tube, La vie, la mort tout ça

7,7/10

Par Olivier Dénommée

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s