Headroom – Men I Trust

Sorti le 30 juin 2015

Fort de l’expérience de son premier album homonyme paru un an auparavant, Men I Trust est vite revenu en studio pour une seconde offrande, Headroom, avec encore quelques collaborations très inspirées. Notons le retour apprécié de Odile Marmet-Rochefort (De la Reine), Helena Deland et Geoffroy parmi les différents collaborateurs chanteurs qu’on peut entendre pendant la trentaine de minutes que dure cet opus.

On commence en force avec Morse Code, morceau funky et dansant à souhait mettant en vedette Odile et Geoffroy, puis avec la discrète mais très réussie Break for Lovers avec Helena Deland. Pas de doute ici, Men I Trust a bien continué à peaufiner son approche musicale et sait donner les chansons aux bons chanteurs pour bien les mettre en valeur.

Plus chargée, Out in Myself (avec Emmanuelle Proulx) se défend aussi plutôt bien, même si elle n’a pas la même finesse que les deux précédents titres au niveau des arrangements, mais se reprend vite avec Again, laissant place à la voix éthérée de la bien nommée Ghostly Kisses (Margaux Sauvé). Odile Marmet-Rochefort fait un retour dans Quiet, morceau urbain et dansant au refrain contagieux. Emmanuelle Proulx revient aussi dans Curious Fish, où on apprécie davantage sa voix sensuelle, malgré les arrangements qui auraient encore pu mieux l’avantager en se faisant légèrement plus discrets. Décidément!

Après six pistes vocales, Men I Trust offre une portion instrumentale à son album Headroom. Aquarelle propose des sonorités lounge où le piano est bien présent, alors que Sad Organ y va d’un morceau plus chargé et imposant, mais aussi drôlement entraînant. Dommage, celle-ci ne dure même pas deux minutes, alors qu’il y avait certainement un beau potentiel pour la développer plus longuement, même si son énergie clashe un peu avec le reste de l’album. Space Is the Place suit avec un morceau instrumental au contraire beaucoup plus doux et nuancé, mais sans perdre ce petit beat contagieux si cher à Men I Trust. En conclusion, le groupe nous offre Offertorio, chanson chorale mettant de l’avant Nicolas Grynzspan, nous faisant quitter le salon pour aller à l’église. Si ce n’était pas aussi bien ficelé, ça serait probablement bien étrange à écouter.

Après un premier album éclectique une année auparavant, le groupe a vraiment bien précisé sa direction et a livré ici un album puissant et essentiellement réussi du début à la fin. Tout est assez bien dosé, le choix des chanteurs est impeccable et les pièces réussissent le pari d’être à la fois apaisantes et entraînantes. À part des détails, on ne peut pas dire que Headroom soit doté de beaucoup de défauts, si ce n’est qu’on en aurait voulu plus!

L’opus peut être écouté sur la page Bandcamp du groupe.

À écouter : Morse Code, Quiet, Space Is the Place

8,2/10

Par Olivier Dénommée

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s